RIVERS OF NIHIL The Work

Les Rivers Of Nihil de Reading, en Pennsylvanie, ne sont jamais entrés dans une case, mais avec Where Owls Know My Name, ils ont transcendé toutes les étiquettes qu’on leur a collées. De retour en 2021 avec The Work, ils se sont aventurés dans de nouveaux territoires, livrant un album aussi cérébral que viscéral, et qui couvre une gamme sonore stupéfiante, les plaçant définitivement dans une catégorie à part. Il s’agit sans conteste d’une collection très dense et lourde, The Work est bien trop dynamique pour être considéré comme un disque uniquement metal, et il y a une véritable chaleur qui transparaît, en particulier sur «Wait» et la magnifique «Maybe One Day».
Le groupe a inclus beaucoup plus de voix claires à côté des cris qui déchirent la plupart des morceaux les plus lourds. Avec l’aimable autorisation de leur ami Zach Strouse, le saxophone ajoute une fois de plus des couches supplémentaires d’atmosphère à la collection, en utilisant les saxophones baryton, soprano et alto.
Avec les guitares et les synthés/claviers enregistrés dans le home studio d’Uttley, le groupe est ensuite retourné pour le troisième album consécutif chez Carson Slovak et Grant McFarland à Atrium Audio pour la batterie, le chant, la basse, le sax et le mixage : « On a fait tellement de sessions avec ces gars-là qu’ils sont devenus une extension de notre groupe. Ils savent généralement ce que nous aimons, et nous les encourageons toujours à nous griller pour améliorer les choses », dit le guitariste Brody Uttley.
Publié le
24/09/2021
VIOLENT ALLIES