interview

Black Hellebore
Rencontre aujourd'hui avec Cyrielle et Anthony du groupe "Black Hellebore" à l'occasion de la sortie de leur album "Disorder". Un groupe et un album qu'ils nous font découvrir.

L&T: Salut à vous, pouvez-vous nous présenter le groupe et pourquoi ce nom "Black Hellebore" ?
Cyrielle: Alors le groupe a un line-up permanent qui est composé de Anthony et moi même. Et ensuite, il y a Jelly Cardarelli, notre batteur studio, mixeur, mais il faut encore que l'on trouve un batteur pour les lives.
Anthony: Pour le nom du groupe "hellébore noire", il s'agit d'une fleur qui peut être blanche ou bien noire. Nous, on a choisit la noire, car ça fait plus "métal" (rires). Mais surtout, on a bien aimé cette dualité entre la fragilité d'une fleur qui pousse néanmoins en hiver, et sa résistance justement aux intempéries. Cela nous correspond.

L&T: Question difficile, comment vous définissez votre musique : on trouve un peu de tout, electro, death, mélodique ?
Anthony: La réponse est simple. C'est une question que l'on ne s'est jamais vraiment posée. On a fait morceau par morceau, en faisant ce que l'on aime.
Cyrielle: En sachant que l'on a toujours voulu proposé quelque chose d'assez varié. Donc c'est la question un peu piège, car je pense qu'on ne rentre pas dans une case en particulier. Et c'est l'idée que l'on avait en faisant cet album. On va dire qu'on fait du métal moderne. Comme tu l'as dit, il y a un peu de death, d'électro, de mélodique, d'indus, donc c'est vraiment trop varié pour pouvoir réellement définir un style.

L&T: Initialement Cyrielle, tu étais partie sur un projet solo, pourquoi tu en es venue à finalement créer un duo, puis finalement un groupe ?
Cyrielle: En 2018 j'ai sorti un premier single en solo avec Anthony et Jelly en technique. Et finalement, on s'est dit qu'on allait poursuivre sur un album, mais toujours en solo. C'est à ce moment-là qu'on m'a présenté Anthony en me le conseillant comme guitariste et on a commencé à travailler ensemble. Et finalement, on s'est retrouvé à beaucoup échanger entre Anthony, Jelly et moi, et donc tout naturellement, je me suis dit que ce n'était pas un album solo, mais plutôt un album de groupe. Et c'est comme ça que l'album est devenu l'album de Black Hellebore, et non plus mon projet solo. Et je pense qu'il y a quelque chose de plus sympa d'être un groupe plutôt qu'en solo, car les bons moments, comme les mauvais, mais surtout le bons (rires) on peut les partager et c'est vraiment très important.

L&T: Le fait d'être passé d'un projet solo à un projet de groupe, ça t'a apporté des choses auxquelles tu n'aurais pas pensé ?
Cyrielle: Oui très clairement. Anthony a apporté sa contribution que ce soit sur le plan des compositions, sur les idées, et son style musical qui est reconnaissable quand il joue ou compose. Et tout cela ne serait pas apparu sur l'album sans lui. Ce serait parti dans une autre direction. L'album a un peu dévié par rapport au plan original que j'avais en tête, mais c'est pour être encore meilleur.

L&T: On va parler de votre dernier album, pourquoi ce titre "Disorder" ?
Cyrielle: La thématique de l'album, que l'on ressent quand on lit et quand on écoute les paroles, c'est beaucoup de vécu. Ce sont des paroles qui parlent d'émotions, mais d'émotions négatives. Quelque chose d'assez sombre et désordonnée, mélange d'émotions qui mettent mal. Et il fallait que le titre de l'album soit le reflet de toutes ces différents états d'âme que l'on a dans les différents morceaux. Et donc "Disorder" s'y prêtait à merveille.

L&T: Quels thèmes vous abordez tout au long de cet album ?
Anthony: Le mal-être dû à des événements personnels. On parle de tolérance également, de méchanceté. Des thèmes qui nous tiennent très à cœur.
Cyrielle: Oui. Je pense que c'est bien résumé. Mais on n'a pas que ça. Je pense à la ballade "Mother Earth" qui parle de notre planète Terre et d'environnement. Dans "Unchain", on est parti dans un trip complètement mystique et magique. Voilà il y a quand même quelques morceaux qui sortent du thème du mal-être. La plupart des morceaux parlent d'ouverture d'esprit, d'état dépressif, de mise à l'écart.

L&T: Il n'y a pas une petite note d'espoir quand même ?
Cyrielle: Oui, c'est vrai qu'on dit que les morceaux sont sombres. Mais dans chaque morceau, il y a une note d'espoir. Si je prends par exemple le titre "My Difference" à la base, on parle de harcèlements, mais je pense que le refrain est très positif car il dit qu'on ou l'auditeur va s'en sortir. Et il y a un peu de lumière d'espoir dans chaque morceau.
Anthony: En fait, il y a une porte de sortie.

L&T: C'est un album que vous avez fait avant la pandémie ou c'est la pandémie qui vous a "permis" de faire cet album ?
Anthony: En fait, la pandémie a pas mal servi cet album, car ça nous a laissé du temps. Par le télétravail par exemple, qui nous a évités des heures de route. Et du coup, on a vraiment eu du temps pour travailler sur cet album. Pour l'enregistrer, écrire les paroles entre autres.
Cyrielle: Le processus de composition a commencé un peu avant la pandémie.

L&T: Comment vous avez travaillé ? Vous avez réussi à vous réunir, ou bien vous avez bossé à distance ?
Cyrielle: C'est là que ça a été un peu compliqué. A la base, on devait se réunir un peu plus souvent, mais avec le Covid, tout ça est un peu tombé à l'eau. On a quand même réussi à se réunir pour les phases d'enregistrements. Mais sinon, beaucoup de travail à distance, beaucoup d'échange "home studio", d'appel Zoom ne serait ce que pour le mixage.

L&T: La pandémie vous a permis de travailler plus longuement votre musique ? Sans elle, l'album aurait eu une autre couleur musicale ?
Anthony: Non car on savait déjà quelles couleurs, on voulait donner aux morceaux. Quelles histoires ils devaient raconter. On savait vers quoi on voulait aller. Pandémie ou pas, cela aurait sonné de la même façon.

L&T: Musicalement, il y a une sorte de montée crescendo tout au long de l'album, c'est scénarisé ?
Cyrielle: Non, pas du tout. L'agencement des titres s'est fait naturellement, mais on ne l'a pas pensé comme un album scénarisé.
Anthony: Cet ordre a été fait après l'enregistrement. On a fait cela à la fin. Et c'est vrai qu'on est tombé sur quelque chose d'assez homogène. Un départ assez pêchu, pas très rapide en effet au niveau des tempos. Pour en arriver à "Mother Earth", qui permet à l'auditeur de respirer. Puis repartir très énergiquement sur la dernière partie de l'album avec "Open Up Your Mind". Et on trouve que cet agencement est assez réussi.

L&T: Cet album a été composé dans l'optique de la scène, ou pas spécialement ?
Cyrielle: Oui. Quand on compose nos musiques, on a tout de suite un visuel sur comment on va pouvoir l'emmener en live. C'est quelque chose qu'on a tout de suite à l'esprit. Mais on a un ordre dans l'album qui ne sera pas l'ordre que l'on aura sur notre set list pour les concerts.

L&T: Vous êtes très présents sur les réseaux. C'est important cette présence sur les réseaux, mais pourquoi autant de clips ?
Cyrielle: Oui très important. On est dans l'ère du numérique et de la digitalisation, donc c'est vraiment important d'utiliser ces différents moyens de communication pour rester en contact avec les gens. Surtout en ce moment où c'est très compliqué avec les restrictions sanitaires de se voir. Ça permet aux groupes de garder un lien avec les gens et avec son public.
Anthony: Il faut avoir cette présence pour justement éviter de tomber dans l'oubli. Donc on essaie de pas mal publier.

L&T: Avant de parler de vos références musicales, vous avez été "formé" et vous avez travaillé avec Stephan Forte de Adagio, quels ont été ces apports pour ta musique ?
Anthony: Stephan Forte, personnellement, a été une grande influence depuis mon plus jeune âge. D'aussi loin que je me souvienne, j'ai toujours écouté Adagio. Et par la suite, j'ai eu la chance de pouvoir travailler avec lui. Il y a toujours, dans la vie d'un musicien, un moment où l'on rentre dans une phase de stagnation, ou on tourne autour des mêmes idées. Et Stephan a vraiment apporté son "plus" dans ma façon de composer en m'emmenant vers de nouveaux horizons. En me montrant de nouvelles techniques auxquelles je ne pensais pas. En améliorant mon jeu à travers des cours de guitare. Il nous a emmené à penser la musique autrement.

L&T: Alors du coup, quelles sont vos références musicales ?
Anthony: Pour ma part, ce sont de grands guitaristes des groupes progressifs. Comme Dream Theater ou Adagio bien sûr mais aussi Symphony X, Jason Becker ou encore Yngwie Malmsteen. Au niveau des lectures, j'aime bien l'univers de Tolkien, Lovecraft, et j'ai un gros penchant pour Maupassant également qui était un être très déprimé et dont les écrits se rapprochent des thèmes de "Disorder".
Cyrielle: Moi, c'est un peu plus compliqué, car j'ai un parcours musical un peu plus chaotique. À savoir que j'ai commencé très tôt la musique avec du classique, puis de le funk, de la soul. Donc mes influences musicales sont très très variées. Mais si je dois me concentrer sur la scène métal, j'ai été très influencée par le groupe Amaranthe pour leur mélange de styles. Et bien entendu Arch Enemy et Alissa White-Gluz pour sa présence scénique et sa maîtrise du chant. Pour ce disque, ils m'ont beaucoup influencé.

L&T: On n'a pas parlé de l'artwork à la fois très joli, mais également un tantinet inquiétant que ce regard ?
Cyrielle: En tous cas, ça nous fait plaisir que tu le décrives comme ça. On voulait effectivement que ce "côté inquiétant" comme tu dis ressorte. Je ne dirais peut être pas inquiétant, mais plutôt de résignation, de tristesse qui ressort de cette pochette. Tout est parti d'une artiste que j'ai découvert sur Internet et son travail à l'aquarelle. Et je voulais faire quelque chose de coloré et moderne, mais avec les couleurs et le regard de la tristesse, car cet album, c'est une sorte de mise à nu en fait.

L&T: Dernières questions rituelles: pouvez-vous définir le groupe "Black Hellebore" en 2 ou 3 mots ?
Anthony: Énergique.
Cyrielle: Agressif.
Anthony: Poétique.
Cyrielle: Oui, c'est bien ça.

L&T: Quel est le dernier album ou le dernier morceau que vous avez écouté ?
Anthony: "La Méditation de Thaïs" de Jules Massenet pour moi. C'est du classique.
Cyrielle: On a écouté la même chose puisqu'on était ensemble dans la voiture. (rires)

L&T: Merci pour cette interview
Cyrielle: Merci beaucoup à toi. Et j'espère qu'on se croisera à la reprise des concerts.

Crédit photo: Christiane Tastayre

https://www.facebook.com/BlackHelleboreBand

L&T le 24 Décembre 2021
No One Is Innocent
Image
Sauvegarder
Choix utilisateur pour les Cookies
Nous utilisons des cookies afin de vous proposer les meilleurs services possibles. Si vous déclinez l\'utilisation de ces cookies, le site web pourrait ne pas fonctionner correctement.
Tout accepter
Tout décliner
En savoir plus
essentiel
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs pour mémoriser vos recherches ou pour réaliser des statistiques de visites.