interview

Alta Rossa
Rencontre avec le groupe Alta Rossa qui nous présente "Void of an Era", leur nouvel album. Un album noir, profond qui dénonce les défaillance de notre époque.

L&T: Salut. Pouvez vous présenter le groupe "Alta Rossa" et forcément cette question pourquoi ce nom ?
Thomas: ALTA ROSSA c’est :
Mathieu : Drum // Dess : Bass // Antoine : vocal // Thomas - Guitar
Jordan - Guitar
Le nom du groupe renvoie à un état de conscience général. Une vision très pessimiste qu’on a du monde tel qu’il est aujourd’hui, et tel qu’il sera demain. C’est ce qui pourrait définir le nom du groupe Alta Rossa, on a ce truc qui pend au-dessus de nos têtes, comme une sorte d’alerte rouge.

L&T: Comment pouvez vous définir "réellement" votre musique car sur le dossier presse, on retrouve un peu de tout : Post Metal, Punk Hardcore, Noise, Black Metal, bref beaucoup d'univers différents ?
Thomas: La définition du style nous importe peu, on a tous évolué dans des univers distincts, avec des projets electro, black, indus, death metal, Punk HxC, Post ...etc . Toutes ces zones explorées participent aujourd'hui à élaborer notre musique, mais la base reste le metal dans sa diversité et c’est certainement pour cela qu’on se retrouve souvent sous l’étiquette “Post-Metal”. Au-delà de ça, on voulait avant tout réaliser quelque chose de sombre et d’efficace, un ensemble très direct afin d’illustrer au mieux nos textes et nos idées.

L&T: Vous venez de différents groupes, alors petite question, est ce que vous faites avec Alta Rossa ce que vous ne pouvez pas faire avec vos groupes ?
Thomas: Doit y avoir de ça… nos autres projets sont assez différents de ce qu’on propose avec Alta Rossa. Mais c’est aussi et surtout l’occasion pour nous de pouvoir jouer ensemble, sur une esthétique nouvelle pour nous, et c’est ça qui nous a poussé à monter le groupe, on avait tous envie de faire cette musique depuis un moment.

L&T: "Alta Rossa" est une sorte de "fenêtre" de liberté musicale ?
Thomas: Comme on l’a dit juste avant, c’est nouveau pour nous et donc c’est forcément un moyen de prendre des libertés, avec ce projet on ne se fixe pas de limites, toutes les influences sont les bienvenues. On essaye de respecter les envies de chacun au sein du groupe, en fusionnant tout ça on espère arriver à quelque chose de singulier. On n'avait pas d’objectif particulier ou de “groupe référence”. C’est en commençant à jouer tous ensemble qu’on a compris ce qu’on pouvait faire avec Alta Rossa, mais tout cela reste ouvert et c’est très important pour nous.

L&T: Pourquoi ce titre d'album "Void of an Era" ?
Thomas: "Void of an Era", c’est le vide de notre époque, une époque où tout perd de sa consistance, notre façon de vivre évoluent si brutalement, qu’on cherche malgré tout à combler ce vide, de plus ou moins bonne manière, et on est tous concerné! Évidemment on ne peut pas s'empêcher d’y associer tout ce que l’on a vécu ces 2 dernières années. Ça renvoie à un état de conscience, une vision du monde que l’on dépeint de façon sévère et sombre, à l’image de ce qu’est la condition humaine. C’est ce qui pourrait définir le thème de cet album.

L&T: Quels thèmes vous développez sur cet album ?
Thomas: On est plus sur un thème général avec “Void of an era”, les défaillances d’une époque, qui entraînent toute une civilisation vers l’autodestruction, on va droit dans le mur, on le sait depuis bien longtemps. Les preuves s’accumulent, mais on persiste. C’est à la fois terrifiant, mais aussi très intéressant à décrypter, car on est tous acteurs de ce qui passe quoi que l’on pense. Il y a plusieurs façons d’aborder ce thème, c’est ce qu’illustre notre musique.

L&T: Cet album a été composé et écrit pendant la pandémie ? Si oui, cette période plutôt anxiogène vous conforte encore plus dans les problèmes et les thèmes que vous citez dans cet album ?
Thomas: La pandémie ne fait pas vraiment partie du sujet, le problème est bien plus large, et bien plus ancré dans nos vies, nous avions commencé à composer l’album avant que toute cette merde commence. Mais bien sûr, ce virus, au-delà de tuer des gens aura révélé un mal profond dans nos sociétés, c’est la planète entière qui est impactée et ça ne peut que servir les propos abordés aujourd’hui sur cet album.

L&T: Est ce que cette pandémie a été un frein au plan que vous aviez prévu pour la sortie de l'album ?
Thomas: En effet, ça a pas mal ralenti les choses. Début 2021 tout était prêt, on à du décaler la sortie, de presque un an car ce n’est que dans un second temps qu’on à trouvé notre label Source Atone Records, puis il a fallu attendre encore un peu avant de pouvoir enfin sortir ce premier opus physiquement.

L&T: D'un autre côté, cette pandémie vous a t elle permis d'aller encore plus loin musicalement que ce que vous aviez prévu au départ pour cet album ?
Thomas: L’approche à certainement été différente, surtout sur les dernières semaines de préparation, il y a une urgence plus flagrante que ce à quoi on s’attendait en composant cet album. On l'a tout de suite ressenti en entrant en studio.

L&T: Vous a t elle permis de retravailler certains morceaux ?
Thomas: Le travail des morceaux était déjà bien avancé avant l'arrivée de cette pandémie, ça a certainement plus affecté notre façon d'interpréter les morceaux que la composition elle-même.

L&T: Comment vous avez travaillé ? Vous avez pu bosser ensemble, ou bien a distance ?
Thomas: Ca n’a pas toujours été simple d’aller en répétition, impossible de se voir, impossible d’échanger ailleurs que sur les réseaux, alors même qu’on était en train de finaliser la composition, avec plein de choses à essayer et à mettre en place avant d’aller en studio. On a joué l’efficacité, avec le peu de temps qui nous était imparti. On a vu ça comme un défi, qu’on a pris plaisir à relever!

L&T: Les morceaux que vous vous êtiez envoyés ont ils été conservés en l'état en studio, ou le fait de les jouer ensemble a fait que vous en avez retravaillé voir réécrit certains ?
Thomas: On finalise toujours nos morceaux tous ensemble, dans notre local de répète. C’est important pour nous de pouvoir faire ça ensemble, même si les occasions étaient moindres, on a réussi à faire le travail nécessaire pour arriver à ce qu’on voulait avant d’entrer en studio.

L&T: On peut parler de cette cover très anxiogène aussi. Est ce votre idée ?
Thomas: L’illustration qu’on retrouve sur la couverture est l'œuvre de Kirill Semenov, un artiste russe qu’on a découvert sur internet. Il fait un travail remarquable, on a souhaité utiliser deux de ses illustrations pour mettre en image ce premier album. On est entré en contact puis on lui à passé commande. Son univers colle parfaitement à l’image qu’on veut renvoyer avec “Void of an era”, comme tu le dis c’est anxiogène, le but étant de retranscrire ce malaise pesant, autant à travers notre musique que les images qui l'accompagnent .

L&T: On a des questions rituelles pour finir les interviews. Pouvez vous définir le groupe en 2 ou 3 mots ?
Thomas: Vite… la fin du monde!

L&T: Et dernière question: Quel est le dernier morceau ou le dernier album que vous avez écouté ?
Thomas: DVNE "Etenem Aenka", Gravpel "Power To The Filthy Masses" , LLNN "Unmaker", VUKARI "Omnes Nihil". Tous ces albums tournent en boucle depuis leur sortie.

L&T: Merci pour cette interview
Thomas: Merci à toi.

https://www.facebook.com/altarossa


L&T le 16 Février Janvier 2022
No One Is Innocent
No One Is Innocent
Sauvegarder
Choix utilisateur pour les Cookies
Nous utilisons des cookies afin de vous proposer les meilleurs services possibles. Si vous déclinez l\'utilisation de ces cookies, le site web pourrait ne pas fonctionner correctement.
Tout accepter
Tout décliner
En savoir plus
essentiel
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs pour mémoriser vos recherches ou pour réaliser des statistiques de visites.