interview

Titan
Rencontre aujourd'hui avec le groupe basque "Titan". Un retour sur le devant de la scène après presque 30 ans. Et un retour remarqué avec un très bon album au nom étrange "Palingenesia" qui veut dire renaissance en grec. Un bon moment avec une belle équipe qui vit avec grand plaisir ce retour sur la scène Rock.


L&T: C'est plutôt rare un groupe de métal venant du Pays Basque. Comment vous vous êtes trouvés ? Quelle scène métal y a-t-il dans cette région ?
Patrice: Alors comment nous nous sommes trouvés ? Disons que nous nous connaissons depuis longtemps, puisque c'est la deuxième période de Titan. On se connaissait même avant la première période.
Sébastien: La scène métal a toujours été active dans notre région.
Patrice: Il y a toujours eu des groupes. Gojira est exemple le plus connu de cette scène. Il y a Killers, Titan.
Sébastien: Oui, et avec la proximité de l'Espagne qui est bien Rock N Roll. Après nous, effectivement, culturellement, ce n'est pas trop ça, mais il y a quand même une belle scène, par rapport à d'autres régions de France.

L&T: Pourquoi ce nom "Titan" ? Rien à voir avec le dessin animé Teen Titans, ouais elle est con cette question, mais il fallait que je la fasse ?
Patrice: (rires). Non rien à voir. (rires) C'est venu lors d'une discussion quand on cherchait un nom. C'est Pierre ou Didier qui avaient sorti ce nom-là à l'époque, et on s'est dit que ça sonnait pas mal.
Sébastien: Oui, ça sonnait métal.

L&T: C'est même étonnant que ce nom n'ait pas été pris avant.
Patrice: Oui, c'est vrai. Dans la symbolique, c'est un nom qui sonne bien. Mais sinon, pour nous, il n'y a aucun symbole particulier, c'est un nom qui sonnait bien et donc on l'a choisi.

L&T: 1er album en 1986, un autre siècle pour les jeunes !! Et vous vous arrêtez quelque temps après. Puis c'est un retour, on va dire, exceptionnel en 2017. Donc 2 questions que s'est il passé entre 1988/90 et 2017 ? Et qu'est-ce qui a fait que vous vous êtes dit "on remet ça ?"
Patrice: Alors, on a tous continuer à jouer des groupes, pas forcément métal, mais on a continué la musique. Et j'avais vraiment envie de refaire un peu de métal. J'avais dans l'idée de faire un "cover band" d'Accept. Et j'en ai parlé lors d'une soirée où justement, on allait voir Accept à Biarritz. Et l'idée a plu. Et donc l'équipe "Titan" s'est en fait monté pour faire des cover de Accept, mais absolument pas pour faire un nouveau groupe. Et en jouant avec ce cover, un gars est venu nous voir en nous disant que des amis à lui montaient un festival à Perpignan, et qu'ils adoreraient avoir Titan en affiche. On en a parlé. On a répété un morceau, puis deux, puis trois, et du coup, comme ça fonctionnait bien, on a rappelé le gars en question pour lui dire OK pour le festival. Mais l'idée était de ne faire qu'un concert, car on ne savait pas comment on se sentirait à rejouer du Titan 30 ans après. Et surtout comment les gens allaient nous recevoir après tout ce temps. Et là, ça a été monstrueux. On a reçu des décharges d'émotion, d'amour. C'était fabuleux. Et là, on s'est dit qu'on ne pouvait pas en rester là.

L&T: Et donc un single en 2020, et là, en 2021, vous voilà avec un album "Palingenesia", qu'est ce que cela signifie et du coup, pourquoi ce titre ?
Sébastien: Ca vient du grec. Et ça signifie une "renaissance". On ne voulait pas appeler l'album "Résurrection ", car cela a été utilisé tellement de fois. Donc on a fouillé et cherché et on a trouvé.
Patrice: C'est un mot qui interroge. On s'interroge pour savoir ce que ça veut dire. Pour quelques personnes qui comprennent le grec, c'est possible, mais pour la majorité, ça va interpeller.
Pascal: C'est un mot qui accroche, qui a une beauté visuelle. Et on cherchait cette originalité.
Sébastien: Et pour le coup, c'est un mot qui n'a jamais été utilisé à cette fin.

L&T: Vous vous définissez pour votre style musical Pur heavy Metal ? Je rajouterais un peu de Trash, je pense non ?
Sébastien: Oui, globalement, c'est du Heavy Metal, Speed Metal. Et tu as raison, on peut rajouter aussi un peu de Trash.

L&T: Ca n'a pas été trop dur de retrouver les automatismes que vous aviez avant ?
Patrice: Non. Car comme on avait remonté ce tribute, ça faisait plus d'un an et demi qu'on rejouait ensemble. Donc les automatismes étaient déjà là.
Sébastien: Métal un jour, Métal toujours. (rires)

L&T: Quels thèmes vous développez sur cet album ?
Patrice: C'est assez varié. Mais ça fait partie de l'ADN du groupe que de faire des textes sur ce qu'il se passe autour de nous. Et il y a tellement de sujets qu'on peut traiter. On parle des migrants, d'écologie, de radicalisme et d'extrêmisme religieux... On parle vraiment de thèmes très variés, mais qui ne devraient pas laisser les gens indifférents. Ce sont des choses que l'on vit tous les jours.

L&T: Ca ne fait pas un peu mal au cœur de se dire que vous parlez des mêmes choses qu'il y a trente ans ?
Patrice: Ca prouve surtout qu'il faut remettre des petites piqûres de rappel. On se rend compte effectivement que trente ans sont passés et que ça n'a pas beaucoup changé, et ça c'est un désespérant.

L&T: Et vous continuez à chanter en français, alors que maintenant, même les groupes français chantent plutôt en anglais ?
Patrice: Déjà, on tient à s'exprimer et que tout le monde comprenne, et on n'a pas d'ambition démesurée qui fait qu'on est obligé de chanter en anglais pour pouvoir s'exporter. On s'est toujours exprimé comme ça, et ça ne change rien à notre identité.
Sébastien: Les textes ont un poids et un sens, et si demain, on nous disait qu'il faudrait que ce soit en anglais, je ne pense pas qu'ils aient le même poids.

L&T: Je ne veux pas dire que vous n'avez pas de chance, mais revenir et se prendre une pandémie dans la tronche, ce n'est pas de chance !!
Sébastien: (rires). On n'aime pas la facilité. (rires)

L&T: L'album était prêt avant cette pandémie ? Et est ce que le fait de retarder forcément la sortie vous a permis de retravailler des titres ?
Patrice: Concrètement non. Mais l'album était prévu en sortie fin 2020. L'album n'était pas complètement finalisé, mais il était quasiment prêt. Mais le sortir sans avoir de possibilité de le jouer sur scène, cela n'avait pas d'intérêts. Alors on a mis à profit cette période-là pour travailler un peu plus, peaufiner certaines choses, pour que cet album soit exactement comme on voulait qu'il soit.

L&T: Qu'est-ce qui a changé ou évolué pour ce deuxième opus par rapport à ce que vous aviez produit avant ?
Sébastien: On a progressé individuellement en tant que musiciens. En faisant et en écoutant d'autres choses. Car à l'époque on était focalisé sur le métal, mais toutes ces années nous ont emmenées vers d'autres musiques. Cela nous a permis d'ouvrir nos oreilles et de découvrir d'autres univers musicaux. Et donc tout ça a forcément un impact sur ce que l'on a produit. Mais on reste des métalleux avant tout, mais on a voulu apporté un peu de modernité par rapport à ce que l'on a produit avant tout en essayant de garder nos fondamentaux. On a apporté des structures plus sophistiquées et surtout un son plus moderne. Des compositions mieux chiadées, car avant on a fait des erreurs de compos dues à notre jeunesse et notre manque d'expériences. Et on est arrivé à ce compromis de "Vintage-moderne" si tu veux.

L&T: Musicalement, c'est puissant quasiment dès le départ, mais jusqu'au dernier morceau, il n'y a pas un instant de répit puissance dans cet album, vous avez composé pour la scène ?
Patrice: De toute façon, on est un groupe de scène, donc tous les morceaux sont faits pour être joués sur scène. Mais au-delà de ça, je pense qu'on a voulu mettre dans cet album toute l'énergie et la puissance que l'on a sur scène. Et franchement, on est super content du résultat.

L&T: Dans la présentation du groupe, on parle de "Titan, le groupe de heavy metal originaire Pays Basque français". Mais franchement, musicalement, il n'y a aucune influence basque !!
Sébastien: (rires) Non, il n'y en a pas ! C'est juste de la promotion géographique ! (rires)

L&T: C'est un album qui va en entraîner un autre, vous avez déjà des idées pour la suite ?
Sébastien: Pour le moment, on a vraiment envie de joue les morceaux sur scène. Retrouver le public, l'ambiance des concerts, donc on ne s'est pas posé la question de la suite pour le moment. Mais il y a tellement de bons retours sur cet album, en restant humble bien entendu, que du coup, on se dit qu'on a encore des riffs, des petits morceaux qui traînent, donc pourquoi pas ! Alors parler d'un autre album, c'est prématuré, mais bon, on a un peu de matériel pour y penser (rires)
Patrice: Tu sais, on a mis ça en stand by pendant des années. Donc au début, s'y remettre dans les compos, les textes ce n'était pas évident, puis au fur et à mesure que tu avances, tu te prends au jeu et tout revient avec en plus une nouvelle envie.

L&T: Combien de temps entre l'idée de l'album et la réalisation finale ?
Patrice: Les premières compos ça devait fin 2018, début 2019. C'est venu très vite après le premier concert qu'on a fait. Ca s'est fait naturellement, on n'a pas forcé la chose. On ne s'est pas mis de Dead Line. Au fur et à mesure qu'on composait un morceau, on le rajoutait au répertoire, et on s'est rendu compte que ça tenait aussi bien la route que les anciens morceaux. Et quand on est arrivé à 5 morceaux qu'on voulait pour le concert, on s'est dit qu'avec 5 de plus, on pouvait faire un album. Et on a foncé.

L&T: Vous n'avez pas composé 20 ou 30 morceaux pour n'en garder que 10 ?
Sébastien: Non non. On a composé que ce qu'il nous fallait. On a peut-être écarté un ou deux morceaux, mais pas plus.

L&T: Est ce que tu peux nous dire un petit mot sur cette belle cover, toute en puissance ?
Sébastien: Alors là, c'est Pascal, le bassiste.
Pascal: On voulait vraiment avoir la main sur tout ce qui était création audios, vidéos et visuels. C'est notre principe. Et on a eu cette idée-là, car c'est vraiment symbolique du nom du groupe. C'est un symbole qui donne une idée de ce qu'est Titan et de son parcours. Et on a demandé à Stan W Decker de collaborer avec nous. On ne lui a pas trop laissé de libertés. Et il n'est pas coutumier de la chose, car il est en roue libre pour la création d'habitude. Mais on avait une idée très précise de ce que l'on voulait. Et finalement, le résultat est à la hauteur de ce que l'on attendait.

L&T: Les questions rituelles pour conclure cette interview : pouvez-vous définir le groupe "Titan" en 2 ou 3 mots ?
Sébastien: Plaisir, énergie, rage.
Patrice: Puissance, énergie, envie.

L&T: Dernière question: quel est le dernier morceau ou dernier album que tu as écouté ?
Sébastien: J'ai écouté le morceau "Blood Red" d'un groupe qui s'appelle "The Prize" avec l'ex-chanteuse de Nightmare, Maggy Luyten.
Pascal: Pour moi, c'est le dernier No One is Innocent que j'aime beaucoup. J'aime le son, l'esprit et la voix de Kemar.

L&T: Merci à vous les gars.
Patrice: Merci beaucoup à toi.

https://www.facebook.com/popeyeleroad


L&T le 22 Décembre 2021
No One Is Innocent
No One Is Innocent
Sauvegarder
Choix utilisateur pour les Cookies
Nous utilisons des cookies afin de vous proposer les meilleurs services possibles. Si vous déclinez l\'utilisation de ces cookies, le site web pourrait ne pas fonctionner correctement.
Tout accepter
Tout décliner
En savoir plus
essentiel
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs pour mémoriser vos recherches ou pour réaliser des statistiques de visites.