interview

Phil Manca
Rencontre, en vrai, avec Phil Manca, un excellent guitariste qui a surmonté ses peurs et a sorti un exdellent album où le blues cotoie le rock et le Heavy. Et c'est juste avant son tout premier concert abec sa formation pour présenter ce nouvel opus que nous l'avons rencontré.

L&T: Salut Phil. Tu as joué, composé et collaboré avec pas mal d'artistes, et dans différents styles, tu peux nous en parler ?
Phil: Salut. Bon, je n'ai pas collaboré avec trop d'artistes non plus. C'est vrai que j'ai fait de la variété avec un mec qui s'appelle Renaud Hantson. J'ai fait également des musiques de films. J'ai fait les solos de guitares sur Era, l'album baroque. Mais j'ai toujours fait ce que je voulais. Et maintenant je fais ce que je veux entièrement.

L&T: Tu viens de sortir ton 2ème album solo, "Dancing Spirit", dans un style plutôt Blues Rock, avec même des pointes de Heavy ? On peut le définir comme ça ?
Phil: C'est ça. Il y a du blues très rock, des blues un peu moins rock mais toujours avec l'énergie du rock dedans. C'est plus fort que moi. Je n'arrive pas à jouer traditionnellement (Rires).

L&T: On sent bien les influences très "70s" genre Led Zep, il y a aussi Gary Moore. Il y a d'ailleurs un morceau de Blues qui est quasiment du Gary Moore ?
Phil: Si tu parles de "Someone Care for Me", c'est un morceau de Johnny Guitar Watson que j'ai mélangé avec un morceau de Fleetwood Mac que Gary Moore a repris. J'en ai fait un petit mixe (Rires)

L&T: On serait tenté de te demander "Seulement un 2ème album" ? Pourquoi autant de temps pour le sortir ?
Phil: Parce que je n'ai pas eu le courage de le faire avant. Ce n'est pas évident de mettre son nom sur un disque. Tu vois ce soir c'est la 1ère en live donc autant te dire que j'ai mis des bouchons dans ma culotte (Rires). Avant ce n'était pas le moment, mais maintenant j'ai atteint assez de maturité pour composer une chanson. Tout composer je veux dire: de la guitare aux lignes de basse et à la batterie. Sauf les paroles. Là je me fais aider par ma compagne qui est parfaitement bilingue. Mais je n'ai pas senti le truc avant. J'ai fait des comédies musicales, mais j'avais un auteur qui était là.

L&T: Tu avais besoin d'être plus "guidé" dans ce que tu devais composé ?
Phil: Non. Mais j'avais besoin de pare-feu. Les comédies musicales, c'était moi qui faisait les chansons aussi, mais ce n'était pas moi qui les interprétaient. Il y avait des acteurs, des chanteurs. Avec les chanteurs de variété c'est pareil, ce n'était pas moi devant qui devait affronter le public.

L&T: Et c'est dur ce passage ?.
Phil: Ce n'est pas facile. C'est un mur de verre a cassé.

L&T: Tu as sorti un "Tribute à Gary Moore", avec ce nouvel album tu n'as pas peur que les gens qui t'ont découvert et suivi avec Gary Moore soient un peu désorientés avec ce côté plus Heavy ?
Phil: Alors je n'ai pas fait d'album consacré à Gary Moore, j'ai fait des concerts seulement. Mais c'est vrai que le 1er album est plus blues que le deuxième. C'est peut être pour ça que ça fait penser à Gary Moore. Mais je ne pense pas. Les gens qui aiment bien Gary Moore sont en général fans de métal. Après je pense aussi à Joe Bonamassa qui fait plusieurs trucs en même temps. Du blues, des trucs moins blues et des trucs carrément heavy. Et le public suit. C'est sa patte que d'explorer tous ces styles. N'importe quels styles.

L&T: J'avoue que je ne te connaissais pas avant cet album, et j'ai découvert un son et un style de guitare avec un toucher et un son particulier, tu as travaillé pour obtenir ça ?
Phil: Non non c'est venu comme ça. Je n'ai jamais travaillé ça. Après il y a des gens, même connus, qui n'ont pas un super toucher. D'autres comme moi, ont cette chance. Tant mieux si les gens trouvent que j'ai un bon toucher. En tous cas les gens me reconnaissent grâce à ça.

L&T: C'est peut être aussi avec toutes tes expériences passées que tu as acquis ce son ?
Phil: Non comme je t'ai dit, je n'ai jamais travaillé le toucher. J'ai travaillé la technique oui, mais pas le toucher.

L&T: On retrouve une belle équipe de musiciens avec toi sur cet album. Je pense à David Jacob par exemple à la basse, Eric Lafont à la Batterie et Josselin Jobard au Chant, comment tu les as recruté ?
Phil: David Jacob, je le connais depuis longtemps. Il était déjà sur les comédies musicales quand il y avait des musiciens sur le plateau et Eric Lafont, pareil, cela remonte à très longtemps. Ce sont des gens que je connais très bien. Tellement bien qu'on n'a pas eu besoin de beaucoup répéter.

L&T: Et ça s'est comme ça, naturellement, ils en avaient envie aussi ?
Phil: Oui. C'est d'ailleurs David qui m'a poussé à le faire. Je parle de ma carrière solo.

L&T: Est ce qu'ils ont participé à la composition de l'album, ou bien ils sont venus après et c'est toi qui avait déjà tout composé ?
Phil: Non non. J'ai fais tous les instruments dans les démos. Eux, ils arrivent après mais le morceau est déjà fini. Ils posent leurs sons et apportent leurs expériences.

L&T: Et pour les compositions qu'est ce qui t'a inspiré ? Les textes tu as dit que tu te faisais aider par ta compagne.
Phil: Tu veux parler des thèmes ? Quand je fais des morceaux, je chante en anglais des phrases qui me passent par la tête mais des fois ç'est n'importe quoi. Ce n'est pas du yaourt, mais des fois il y a des trucs qui l'inspirent, donc elle fait un texte par rapport à ce qu'elle a entendu. Et d'autres moments, on discute de thèmes. Il y a une chanson qui s'appelle "Betty Blue". Alors on a regardé "37°2 le matin" et en fait "Betty Blue" est le nom du film à l'international. Et donc on s'est inspiré de ça pour écrire cette chanson là. C'est les gilets jaunes ou la grogne populaire mondiale qui nous a inspiré "Crying for Freedom" et c'est le morceau qui marche le mieux sur le net avec presque 2 millions de vues. C'est un titre qui parle à tout le monde. Il y a aussi un texte sur le désastre écologique. Mais tous les textes sont très imagés.

L&T: Mais ce sont quand même des textes engagés. Par rapport à d'autres artistes qui font ce même style de musique, ils ont des textes plus "légers" disons pas avec cet engagement.
Phil: Oui. Ce sont des choses qui nous tiennent à coeur.

L&T: Comment avez vous travaillé avec les autres musiciens. Avec le confinement, comment cela s'est passé?
Phil: On s'est retrouvé avant le confinement. On a eu le temps de répéter 3 jours et on a eu 2 jours d'enregistrement.

L&T: On retrouve un son assez brut sur les morceaux, vous avez enregistré en "one shot" histoire de donner plus de poids aux morceaux ?
Phil: Oui oui c'est en "One shot". Contrairement au 1er album où j'avais tout fait en live, là, j'ai posé les guitares après. Il y avait le confinement donc on n'avait pas beaucoup de temps. C'était plus facile de rajouter les solos de guitares par la suite.

L&T: Les titres ont été composés pour la scène ? Ou pas forcément ?
Phil: Oui oui. En fait j'essaie de simplifier au maximum les arrangements pour que tout soit faisable sur scène. Et déjà, il y en a trop pour moi (Rires). On est déjà 4 sur le plateau et si je me mets à faire des choeurs ou des arrangements trop compliqués il faudrait qu'on soit au moins 6 sur scène et j'ai pas envie.

L&T: Quel titre est le plus représentatif à tes yeux de cet album ?
Phil: Je pense que le plus universel c'est "Crying for Freedom". Donc oui c'est celui là.

L&T: Tu en as parlé juste avant, les réseaux sociaux ont été forcément très importants durant cette période, tu y as été très présent ?
Phil: C'est le seul moyen de se faire de la publicité. Et puis la presse musicale en France, il n'y en a plus beaucoup. A part peut être des mecs comme vous qui s'intéressent à la scène émergeante, mais sinon, oui, j'ai été obligé de faire de la campagne promotionnelle sur les réseaux sociaux.

L&T: Et maintenant que l'on peut, enfin, ressortir et revivre des vrais "concerts live", est ce que tu penses que les live streams vont quand même continuer ? C'est devenu un nouvel outil de diffusion ou de promotions d'albums pour les artistes ?
Phil: Je pense oui. C'est à dire que pour les gens qui ont un public international, leurs fans qui sont loin ne pourront peut être jamais pouvoir venir en France ou à Paris pour nous voir. Donc si on fait un concert, même avec du public, en live streaming, pour ces gens là c'est quand même pas mal.

L&T: On arrive aux questions rituelles chez nous: tu peux définir Phil Manca en 2 ou 3 mots ?
Phil: Je dirais énergie, émotion et direct. Car je suis très direct.

L&T: Et quel est le dernier morceau ou le dernier album que tu as écouté ?
Phil: Je crois que c'est un disque de The Struts. Je crois même que c'est leur 1er album "Everybody Wants". Il y a un côté Glam Rock des années 70 qui me plaît bien. (Rires)

L&T: Merci beaucoup pour cette interview, juste avant de monter sur scène.
Phil: Merci à toi.


L&T le 19 Juin 2021
Image