interview

Same Player Shoot Again
Une rencontre avec Vincent, chanteur du groupe Same Player Shoot Again, qui nous présente "Our King Albert", le nouvel album du combo parisien en hommage à Albert King paru ce 4 Juin via Five fishes - Socadisc. C'est la passion de la musique Blues, Soul et Rythm N Blues qui a réuni tous les musiciens de ce groupe. Et c'est sur scène qu'ils partagent cette passion avec le public. Une belle rencontre et un album à découvrir !!


L&T: Salut Vincent, peux tu nous présenter le groupe et pourquoi ce nom "Same Player Shoot Again" ?
Vincent: Alors, le groupe Same Player Shoot Again a été créé en 2018 par Max Darmon, bassiste, et Romain Roussoulière, guitariste, qui est un grand fan de Blues. Et le nom "Same Player Shoot Again" c'est une idée du producteur Pierre de chez Bonsai Music qui fait référence au flipper des années 70/80. Et c'est ce qui nous rassemble. C'est à dire qu'on est une bande copains qui jouent de la musique Blues qui aiment se retrouver pour partager ces moments là. Un peu comme avant quand on se retrouvait autour du flipper entre amis. Et Same Player Shoot Again c'est un peu comme "on prend les mêmes et on recommence". C'est un peu dans cette idée de musique de jam. Le Blues, on lance un morceau et les copains rentrent dessus et on partage un titre tous ensemble. Voilà en fait l'esprit de ce groupe.

L&T: C'est ça. Comme dans les jams Blues où tu relances un gars à la guitare par exemple, ou au saxo, en lui disant "vas y remets en une couche".
Vincent: C'est exactement ça. C'est cette idée de musique Blues qui est fédératrice, qui est une musique de partage et de rencontres.

L&T: Il y a quelques années, et même maintenant il y a des endroits dans la capitale où il y a des jams, et le groupe et son nom me fait un peu penser à ça ? C'était l'idée de départ ?
Vincent: Au départ de Same Player c'est une bande de copains qui avaient l'habitude de se retrouver au Caveau à Saint Michel ou l'Utopia dans le 14ème qui sont des temples de la musique Blues et des jams. Donc on avait l'habitude de s'y retrouver et d'organiser des soirées, comme au China Club par exemple où on avait carte blanche tous les mois et où on proposait des hommages divers et variés. De Otis Redding à Marvin Gaye en passant par The Roots, des styles différents. Et un jour, Romain, le guitariste, nous dit qu'il ferait bien un hommage à Freddy King, le célèbre guitariste bluesman. On a écouté le répertoire, et on appelé Julien Brunetaud, Steve Bellemonte à la batterie, Loic Gayot et Jérome Cornelis pour les saxos. Et on organise cette soirée là "King du Blues". Et on a eu un tel plaisir à jouer ce répertoire et on a eu une telle connexion avec le public, et un beau succès que Pierre de Bonsaï qui est le producteur aujourd'hui, et qui était à la soirée nous a dit qu'il fallait inscrire cette soirée dans le temps par l'enregistrement d'un CD dans un style jam mais en plus travaillée. Ca a été un tel instant magique. Same Player est donc né d'une soirée hommage à Freddy King.

L&T: Vous n'avez pas peur d'être reconnu comme un "groupe de Tribute ou de Covers" ?
Vincent: Tu sais, au début, on n'avait pas de vision sur l'avenir. On s'est dit qu'on enregistre ce CD, on se fait plaisir, on crée un nom de groupe car on voulait une identité et on sort ce disque. On a demandé à Franck Margerin de dessiner la pochette et au final on s'est retrouvé avec un super objet. Alors effectivement, c'est un CD de reprises, mais on est un groupe, on a un répertoire, donc pourquoi ne pas faire des concerts avec. On a démarché des salles avec lesquelles on a eu des dates, et on s'est inscrit au Tremplin du Cahors Blues Festival, en se disant qu'on faisait des reprises donc est ce que ça allait marcher ? Certains festivals ne nous ont pas accepté en tant que groupe de Tribute, mais Cahors a accepté. Donc on s'est présenté et on a gagné le Prix Cahors entre autres et à partir de là, la machine est lancée. Après, historiquement, dans la musique Blues tous les guitaristes ou les artistes ont repris des titres qui n'étaient pas à eux. Donc c'est quand même moins gênant que si on faisait de la variété française par exemple. Mais on a quand même très envie d'écrire. On a sorti un 1er album sur Freddy King, ce second qui est consacré à Albert King, et pour le troisième, il se pourrait bien que ce ne soit que des compos. En tous cas, on y travaille.

L&T: Là vous avez rendu hommage à Freddy King et Albert King, mais vous connaissant, votre son n'est pas que du Blues, vous aimez aussi la Soul, le Rythm N Blues, vous avez d'autres sonorités à votre répertoire ?
Vincent: C'est vrai qu'on est allé loin dans les sets lists et les répertoires que l'on voulait proposer. On est allé chercher un peu plus loin que les grands titres qui ont fait leurs succès. Les morceaux qu'eux même par exemple avaient repris comme le "Ain't No Sunshine" par Freddy King qui est magistral. Pour Albert King, c'est la surprise, mais il y a des reprises de groupes célèbres et même un classique de Jazz. Et comme ces artistes ont été à la base du funk ou du Blues Rock, on retrouve forcément d'autres sonorités comme la Soul dans leur musique.

L&T: Au vue de leurs discographies propres, plus les morceaux qu'ils ont repris ou joués, comment se fait le choix des titres que vous allez interprétés ?
Vincent: C'est un vrai casse tête !! On a Romain le guitariste qui est le spécialiste du groupe de Freddy King et Albert King. Il a énormément de disques d'eux et il connaît l'historique des albums. Donc c'est lui qui a effectué une première sélection. Ensuite, cette sélection se fait également sur des morceaux "coup de coeur". Des titres pour lesquels on se dit qu'il faut qu'il soit dedans. On essaie de respecter une chronologie et de ne pas prendre qu'un seul ou deux albums, mais d'aller chercher des titres sur plusieurs albums. Alors forcément on va retrouver des "classiques" de l'artiste, mais on essaie également d'aller chercher des morceaux moins connus voir assez rares mais qui sont aussi l'essence ou l'âme de leurs musiques. Donc ces recherches sont assez longues et il faut quand même quelques mois pour avoir une set list cohérente sur la chronologie et sur l'évolution musicale du musicien.

L&T: J'ai eu la chance d'écouter ce nouvel album. Alors c'est du blues certes, mais avec un son moderne. Qui c'est chargé des arrangements ?
Vincent: Les arrangements se font pas mal en groupe. C'est à dire que le procédé est vraiment celui d'un album live. On écoute beaucoup les morceaux de la set list qu'on a choisi. On les travaille. Et la magie des arrangements se fait lors des répétitions. Deux jours avant de rentrer en studio, on se retrouve en résidence, et c'est là que tout se met en place. Sans mentir, on joue les morceaux au moins une quinzaine de fois chacun. Ensuite, on discute des arrangements ou des modifications à faire. Quel son on va choisir ? Par rapport à l'original, est ce qu'on va lui donner un côté très roots, ou plus groovy ? Sur Freddy King, tous les arrangements des cuivres ont été fait par Olivier Bridot car il n'y avait pas de cuivres sur les morceaux de bases. Finalement, les arrangements se font assez facilement en studio qui est le même processus qu'en répétition. On joue le morceau une dizaine de fois, et on garde la meilleure prise.

L&T: Vous êtes en "One Shoot" sur vos prises ?
Vincent: Exactement. On ne fait pas de "Re-Re" comme on dit. On a envie de donner la même énergie que celle que l'on donne en live. Tous les micros sont ouverts et on joue à 7. Donc ça complique un peu la tâche lorsque l'un de nous se trompe. Il y a un côté un peu plus usant de ce travail en studio car le "One Shot" est très exigeant. Je prêche un peu pour ma paroisse, mais en tant que chanteur quand tu dois refaire des chansons une quinzaine de fois, il faut avoir les cordes vocales très accrochées. Mais on aime ce rendu là car il est plein de sincérité et d'honnêteté. Lorsqu'il y a plusieurs guitares ou pianos, les solos sont rajoutés ensuite, comme les chœurs.

L&T: On sent ce côté "live" à l'écoute de cet album. On sent bien le côté jam, et surtout le plaisir que vous avez de jouer.
Vincent: Oui c'est exactement ça. On a cette volonté de ne pas tricher et on a envie de vendre notre album à la sortie d'un concert. Et comme ça, les spectateurs retrouvent sur l'album l'esprit du live. C'est presque comme si le public repartait avec le CD du concert. En tous cas, c'est vraiment dans cet esprit là qu'on a fait cet album. Et généralement le public du Blues aime bien ce style de jeu brut, bien stylé jam.

L&T: Comment vous avez travaillé pour cet album avec la pandémie ?
Vincent: C'est vrai que ce n'était pas évident, surtout que nous sommes 7. On a tous travaillé et enregistré des idées de compos car pour bosser live c'était impossible. Et là, on va forcément se revoir pour travailler les concerts. On a un New Morning en Septembre donc il va falloir bien répéter et se mettre au point (Rires). On met tout ce que l'on a composé dans une boîte sur Google, et dès qu'on pourra on se réunira pour voir ce que tout le monde à composer et voir comment on va pouvoir travailler tout ça. Là la priorité est de bien se retrouver pour pouvoir défendre ce nouvel album sur scène. Et ensuite on commencera à voir pour de nouvelles compositions pour un futur album.

L&T: Oui parce que des King il en reste beaucoup d'autres. (Rires)
Vincent: (Rires) Oui c'est vrai des King il y en a encore beaucoup. On a fait Albert et Freddy, on pourrait faire BB King, ce serait dans la logique des choses, mais je pense que ça attendra un peu quand même. On va peut être partir vers autre chose.

L&T: Vous êtes un vrai groupe de live, bon, on commence tout doucement à retourner sur scène. Si tu avais le choix, ce serait le 1er endroit où vous joueriez ?
Vincent: Comme ça je dirais Stade de France (Rires). N'importe où mais avec un esprit de festival. Là il y a une telle attente, un tel manque que le côté "soirée privée" avec un nombre limité de personnes, on aimerait que ça disparaisse et qu'on retourne devant du public dans des festivals. Malheureusement le Cahors Blues Festival a été annulé et on devait partager la soirée avec Popa Chubby donc on a eu un gros pincement au coeur. Mais on s'attend à avoir des grosses fêtes. On a une date prévue en Croatie début juillet, donc on espère que ce sera maintenu car on aime ce côté festival où les gens sont là. Tu vis les choses, tu vibres avec eux, il n'y a pas mieux comme sensations. On n'a pas organisé de live streams via les réseaux car, personnellement, c'est un format qui ne me plaît pas trop car il y a ce côté où on est tout seul, certes avec le groupe, mais seuls dans une salle vide. Et nous, ce qui nous nourrit c'est le retour instantané du public. Peut être que le public avait envie de voir Same Player via un live stream, on est désolé de ne pas avoir proposé ça, mais on préfère être patient pour pouvoir aller de nouveau à la rencontre des spectateurs "en vrai"..

L&T: Vous avez sorti le 28 Avril le 1er extrait de cet album "GET OUT OF MY LIFE WOMAN", c'était soulagement on dirait que cette sortie quand je vois tout ce qu'il y a eu sur les réseaux ?
Vincent: Oh oui. Gros soulagement. Il faut dire que l'album a été enregistré en décembre 2019. On avait pleins de dates prévues à l'été 2020 et on avait prévu de le sortir juste avant. Et puis, nous voilà un an après et enfin on peut sortir un single. Donc oui soulagement car on fait ça pour faire découvrir au public et quand ça reste dans les tiroirs. Et là, on peut enfin avoir un espoir pour la musiqueet pouvoir retrouver le chemin de la vie d'avant avec des concerts. L'idée était de sortir ce single qui un vrai synopsys de l'album. Il n'a pas été choisi au hasard. Voilà, ce titre est assez représentatif de ce qu'est cet album. Et ça nous fait énormément plaisir car on sait que d'autres choses vont, enfin, pouvoir arriver.

L&T: On arrive aux dernières questions rituelles: pourrais tu définir le groupe "Same Player Shoot Again" en 2 ou 3 mots ?
Vincent: Oui bien sûr. Je dirais Amis, Partage et Plaisir. Et je pourrais rajouter Convivialité. On essaye de partager avec le plus grand nombre de personnes.

L&T: Et quel est le dernier album ou le dernier morceau que tu as écouté ?
Vincent: Ca va te faire rire, "Upside down" de Diana Ross. Je préparais une set list pour un mariage et j'ai écouté ce morceau. Sinon, le dernier CD que j'ai acheté est celui de GUTS et aussi l'album de DELGRES.

L&T: Merci beaucoup Vincent pour cette interview. Et j'espère qu'on se croisera très vite sur une scène car j'avoue que j'ai bien aimé l'album et retrouver ce son et ses cuivres en live, ça va vraiment bien le faire.
Vincent: Merci beaucoup à toi. Et vivement de se voir ainsi que le public. Je suis encore un peu sceptique pour cet été mais j'ai beaucoup d'espoir pour la rentrée et pour après. On a fait en septembre et octobre dernier des concerts avec des restrictions, avec des barrières à respecter, mais il y avait quand même beaucoup de plaisir. Et puis le Blues peut s'écouter assis. Par rapport à d'autres musiques où c'est quand même plus compliqué. Il y a des solutions pour qu'enfin on puisse revivre les concerts ensemble.


L&T le 05 Juin 2021
Image