interview

Redemption
Rencontre avec un groupe très sympa où on retrouve 2 frères Mat au chant et à la guitare et Rod à la batterie et le papa JS à la basse. Mais loin du groupe familial par excellence, Rédemption a fait du Rock N Roll une manière de vivre. Et pour s'en convaincre, il suffit de découvrir leur album "Three of a Kind". Une rencontre avec les 3 protagonistes nous en apprend plus sur eux.

L&T: Salut à vous. Alors pour commencer, pouvez vous vous présenter ?
Mat: Salut. Alors moi je suis Mat chanteur guitariste. Et le grand frère.
JS: Je suis bassiste et backing vocal et aussi le papa.
Rod: Et le dernier c'est moi Rod. Je suis le batteur du groupe et le petit frère.

L&T: Bon, finalement, je ne vais pas vous demander comment vous vous êtes connus.
(Rires).

L&T: Plus sérieusement. Redemption ça fait quand même nom de groupe de Death ou Black Metal alors que vous êtes assez éloignés de ces styles. Pourquoi avoir choisi ce nom ?
Mat: En fait c'est parce qu'on a commencé par le gospel (Rires). A la création du groupe, nous étions tous branchés sur des styles de musique différents. Moi,, par exemple, j'étais plus sur des groupes punk ou métal extrême. Rod lui, écoutait beaucoup de reggae et mine de rien, on arrivait à se retrouver ensemble sur le morceau "Redemption" de Bob Marley et on a trouvé que le nom claquait bien et du coup on l'a conservé.

L&T: Je suppose que c'est le papa qui vous a élevé dans cet univers musical, mais qui a décidé que vous deviendriez un groupe ?
Mat: Depuis que je fais de la musique, j'ai toujours eu envie de monter un groupe. J'ai commencé à jour de la guitare, puis j'ai fait une pause et j'ai repris au moment où Rod se mettait à la batterie. Donc c'était logique que l'on joue ensemble. On a appris en composant les morceaux du groupe.

L&T: Question sûrement un peu bête mais le papa à la basse c'était dès le départ, ou bien parce que il n'y avait pas de potes pour jouer avec vous ?
Mat: On a eu un pote de notre âge pour jouer jusqu'à ça le fasse plus avec lui. Du coup on a arrêté de répéter, un peu dépité, car on n'avait plus de bassiste. Et mon père qui est guitariste et a aussi été bassiste dans plusieurs groupes est venu en dépannage. Puis on a composé et enregistré les démos ensemble. Et du dépannage, c'est devenu du permanent. Et ce sera comme ça jusqu'à la fin je pense.
JS: C'est comme les gens qui changement la roue sur leur bagnole, qui mettent une galette pour aller jusqu'au garage, mais finalement ça reste plus longtemps.

L&T: Vous n'avez pas peur d'être reconnu comme un "trio familial" plus qu'un groupe de rock ?
Mat: On a eu peur de ça au départ. C'est pour ça qu'on a voulu que notre premier EP soit un live pour montrer qu'on est un vrai groupe de Rock. En commençant par un EP studio, la plupart des gens auraient pu penser que tout était trafiqué en studio. Mais là, on a démontré que non, qu'on était vraiment un groupe de rock live. Même nos clips étaient des live. Et la première fois qu'on est allé en studio on avait déjà fait le Hellfest et pas mal d'autres concerts. Ca a imposée une crédibilité et pas seulement dit qu'on n'était "qu'un" "trio familial".

L&T: Comment vous définissez votre musique ? C'est quand même assez riche.
Rod: Alors les avis divergent. Le public nous a qualifié de "Rock N Trash". Ca sonne plutôt bien, mais on préfère dire qu'on fait du Rock N Roll.
Mat: Oui on préfère ce terme générique de Rock N Roll car l'EP "We are Redemption" est un peu un clin d'oeil à Motorhead. Même si on se retrouve dans pleins de musique, notre esprit est vraiment "Rock N Roll" tout simplement.

L&T: Pourquoi ce titre d'album "Three of a Kind" ? Cela a une signification particulière ?
Mat: Oui. "Three of a Kind" en anglais c'est le brelan, une main au poker, ce qui s'accorde avec la pochette de l'albumù comme tu as pu voir, et littéralement cela veut "3 d'une même sorte". Ce qui s'accorde plutôt bien avec Rdemption. C'est cà qui a décidé le titre de cet album. C'est un album qui parle de nous au sens propre.
JS: Il faut dire que Mat et Rod sont des gros joueurs de poker (Rires).

L&T: Comment vous travaillez dans le groupe ? Qui s'occupe de quoi ?
Mat: On construit les textes et la musique ensemble. Il n'y a pas un qui fait les riffs, l'autres lex textes. On fait vraiment tout ensemble. Généralement les morceaux partent d'un riff, mais qui peut être apporté par n'importe lequel d'entre nous. On fait tourner ce riff ensemble jusqu'à ce que l'on développe une mélodie, un refrain ou un couplet. On avance comme ça.

L&T: Vous travaillez vos riffs en faisant un peu comme une jam ?
Mat: Oui c'est à peu près ça.
JS: On part du principe qu'un bon morceau doit être évident. Beaucoup de groupes enregistrent leurs riffs, mais nous non, on ne fait pas comme ça. On part du principe que si c'est un bon riff, demain on s'en rappellera. Nous ce qu'on recherche avant tout c'est la musicalité. Si quelque chose est bien, et surtout qui sonne bien, ça coule tout seul. C'est cette simplicité que l'on recherche.

L&T: Vous n'utilisez pas d'autres effets que ceux que peuvent vous apporter vos instruments, vous essayez de rester le plus "brut" possible ?
Mat: Pour l'instant ce n'est pas au programme, mais pourquoi pas dans l'avenir. C'est que pour cet album on a cherché à rester le plus brut et pur possible. Hormis les effets guitares et quelques petites touches de percus discrètes.

L&T: Tous les titres ont le potentiel pour faire bouger le public, donc je suppose que l'album a été composé dans l'optique de la scène ?
JS: C'est ce que l'on cherche à chaque fois que l'on compose. Notre objectif est que cela plaise au public et que ça fasse bouger. Donc effectivement tu as bien écouté.

L&T: Le message est clair. On s'amuse, on s'éclate.
JS: Exactement.

L&T: Vous avez joué avec Phil Campbell & The Bastard Sons, de Dead Kennedys ou encore de Nashville Pussy, quels souvenirs et surtout quelles expériences vous en gardées ?
Mat: Oui, on a beaucoup échangé avec eux. Beaucoup de groupes français et internationaux. Ce sont des groupes qui sont là depuis des années, avec des grosses équipes qui bossent avec eux. Et nous, ce qu'on a retenu principalement c'est la rigueur que ces gars peuvent avoir dans leur travail. Que ce soit à la préparation, aux balances rien n'est laissé au hasard. Et nous on essaie d'appliquer dans nos projets cette rigueur constante. C'est la chose principale que l'on a retenu. En plus des nouvelles amitiés et des rencontres, on a retenu beaucoup de choses de tout ça.

L&T: Et puis il y a le Hellfest..... Je suppose que ça a été un très grand moment pour tout le monde ?
Mat: Heu non non. (Rires) Ecoute, on a joué devant au moins 30 fois plus de monde que le plus gros concert qu'on ait fait avant. Je te laisse imaginer le délire. Mais c'est un tout. Il n'y a pas que le concert. Déjà on n'était jamais allé au Hellfest. Il y a l'ambiance, il y a le VIP, le catering où tu manges avec tes idôles. Il y avait Jonathan Davis, Ice T, les gars de Maiden, Johnny Deep c'est juste un truc de fou.... Et puis cette super impression d'être dans un truc vraiment énorme. C'est un souvenir, mais en même temps c'est le début de la suite si tu veux. C'est la professionnalisation du groupe et ça a fait ce qu'on est aujourd'hui.

L&T: On se sent comment ?
JS: Faut que tu écoutes le texte de "Rock or Die". Ca explique tout à fait ce que cela fait que de monter sur une scène du Hellfest. C'est le flip que tu as 1 minute avant de monter sur scène mais comme on s'était bien préparé c'était un flip plus ou moins contrôlé.

L&T: "Rock or Die" c'est le titre qui représente le mieux l'album ?
Mat: Je dirais plutôt "Three of the Kind" car ça nous représente totalement. Mais comme il n'y a pas de mensonges dans cet album, chaque titre nous représente bien en fait.

L&T: Pouvez vous définir "Redemption" en 2 ou 3 mots ?
Mat: Whishy Coca (Rires). Fort, rapide, précis et énergique.
JS: Fort, rapide et énergique oui c'est bien ça.
Rod: Crochet Upercut.(Rires)

L&T: Dernière question: quel est le dernier morceau ou dernier album que vous avez écouté ?
Mat: Un morceau de Mastodon. Je n'avais jamais écouté Mastodon. Alors je n'aime pas tout, mais le morceau que j'ai écouté, mais dont je ne me souviens plus titre, était vraiment très bon.
JS: Ah, faut qu'on en donne un chacun ? Pour moi c'est un album de "The Professionals" le groupe de Steve Jones. C'est un album de la fin des années 80 et Mat me l'a offert il y a quelques années.
Rod: Moi, c'est "Put your head on my shoulder" de Paul Anka (Rires)

L&T: Merci beaucoup pour cette interview. Et j'espère qu'on se croisera très vite sur une scène car ça commence à manquer tout ça.
Mat: Merci à toi. Ce sera avec plaisir et c'est vrai que ça manque à tout le monde.


L&T le 08 Mai 2021
Image