interview

Hangman's Chair
Hangman's Chair fait partie des groupes phare du métal français, et nous avons rencontré Medhi, le batteur à l'origine du groupe avec Julien Chanut, le guitariste. Il nous parle de leur nouvel album "A Loner", sorti le 11 Février chez Nuclear Blast.

L&T: Salut. On peut faire un petit rappel de qui est "Hangman's Chair" et pourquoi ce nom de groupe ?
Medhi: Alors nous sommes un groupe parisien et on a sorti notre sixième album le 11 février. On a également fait quelques EP, LP et on est un groupe qui tourne pas mal. Et le nom de "Hangman's Chair" est une idée de Julien avec qui j'ai monté ce projet. On a toujours été fasciné par les histoires de faits divers, scènes de crimes. Et on a trouvé ce nom original et on était plutôt ravi de ce nom.

L&T: On va parler de votre dernier album "A Loner". C'est un album noir, très noir même, peut être même le plus noir que vous ayez produit non ?
Medhi: Je ne sais pas. Je pense qu'à chaque album, on est dans cette ambiance de noirceur. Une ambiance qu'on sait faire. On aborde toujours les albums de cette manière-là. La chose qu'on sait faire, c'est écrire des chansons tristes et mélancoliques. C'est ce qui sort le mieux pour nous. Alors je ne sais pas si cet album est plus ou moins noir que les autres. Il reste dans la continuité. Le changement est plus dans la texture, dans l'approche sonore et musicale, mais l'ambiance sombre a toujours existé dans tous nos albums.

L&T: C'est le contexte actuel qui vous a inspiré pour cet album ? Ou bien à chaque album est une sorte d'exutoire ?
Medhi: Oui, tu as raison. On se réfugie toujours ce bouclier "Hangman's Chair" pour faire ressortir nos émotions et nos sentiments. Ce sont toujours des albums, du moins pour les 2 ou 3 derniers, très introspectifs et très personnels. En tout cas, cela nous aide beaucoup. Ce sont des albums cathartiques.

L&T: Une sorte de thérapie en fait ?
Medhi: Oui, c'est ça. Des thérapies.

L&T: Quels thèmes vous développez, ou peut être, vous abordez dans "A Loner" ?
Medhi: On est parti dans l'idée d'aborder le thème de la solitude. Tous les textes tournent autour de ça. Bizarrement, cela se tient avec la période qu'on a vécue d'isolement forcé. Et je crois que les gens se retrouvent dans ces thèmes et dans le titre. C'est un concept qu'on avait voulu aborder il y a quelque temps, en tout cas, bien avant le confinement. On avait besoin, Julien et moi, de nous retrouver face à nous-même, de nous isoler et de prendre du recul sur nos vies. Et après des histoires personnelles qui nous sont arrivées chacun de notre côté, et qui se rejoignent un peu, nous avons trouvé refuge dans l'écriture et dans ce thème de la solitude.

L&T: On ressent bien tout ça. Certains titres, que le public découvrira, sont parlants.
Medhi: On essaie toujours d'être le plus sincère dans les textes et nos écrits. Et sur cet album peut être encore plus effectivement de par les histoires vécues qu'on y développe.

L&T: La plupart des titres sont longs et pesants, c'est pour plonger encore plus dans cette atmosphère de noirceur ?
Medhi: Ça aide à effectivement donner encore plus de poids à ces ambiances. C'est également notre marque de fabrique. Un peu notre zone de confort de jouer assez lentement. Cela nous permet de pouvoir poser des ambiances. Cela permet aussi de traiter les sujets jusqu'au bout. Depuis nos débuts, on a toujours voulu faire ça, de la musique très lente, atmosphérique, assez progressive. Du coup, oui, finalement, ça ide bien pour la noirceur.

L&T: Je trouve cet album plus "apaisé" musicalement. Je veux dire, même si les riffs et l'atmosphère sont très lourds, il me semble moins violent que les précédents ?
Medhi: C'est bien possible. Je pense que l'approche qu'on a eu avec Julien, quand on en discutait pendant le process d'écriture, était de contraster les choses, autant dans les textes que dans la musique. Et forcément, musicalement, on est allé plus vers l'essentiel. Avant, quand il fallait écrire des choses agressives, on y allait vraiment jusqu'au bout. Là, on a voulu mettre plus de clarté, de luminosité dans la musique et dans l'écriture. On s'est laissé la place pour ça et ça se ressent. Tu as raison là-dessus.

L&T: On trouve un morceau instrumental "Pariah and The Plague" au milieu de l'album, c'est quoi une sorte de parenthèse reposante, même si le titre reste bien dans le ton de l'album.
Medhi: C'est une respiration. Sur nos albums, on aime bien faire ça. Des morceaux apaisants sur lesquels il n'y a pas besoin d'apporter d'explications ni de textes. Ça permet de mettre un peu d'oxygène dans un album long, chargé en informations et en énergies, qu'elles soient positives ou négatives. Ça permet de souffler un peu. On aime bien utiliser des formats instrumentaux dans nos albums.

L&T: Comment vous avez travaillé pour cet album ? Ensemble, à distance ? Comment s'est déroulé le processus de création ?
Medhi: Comme tu te doutes, il a fallu qu'on s'adapte à la situation. On était en fin de tournée de l'album précédent, et on avait déjà commencé à écrire Julien et moi. On écrit beaucoup en amont. En fait, on écrit tout au long de l'année. Et là, La Covid arrive et notre local est resté fermé pendant plus d'un an. Il a fallu trouver un autre moyen de travailler. Donc on était chacun chez soi et on s'envoyait des démos, des pré-prods. On a travaillé sur des logiciels alors qu'on est très "Old School" pour travailler. On a besoin de se voir, de faire passer le courant entre nous pendant les répétitions. Et là, on n'a pas pu faire ça. Du coup, on a fait évoluer les morceaux en s'envoyant démos par démos. C'était un processus plus lent !! C'était une nouvelle méthode de travail. Mais on s'y est fait et on est plutôt content du résultat.

L&T: Lorsque vous vous êtes tous retrouvés ensuite en studio, vous avez gardé ce que vous aviez composé "à la maison" tels quels ou bien vous avez été obligé de refaire et retravailler beaucoup de morceaux ?
Medhi: Il y a toujours des choses nouvelles qui arrivent lorsqu'on le joue tous ensemble. Il faut toujours garder une balance entre ce que tu as composé et ce que ça donne en studio. Il faut voir comment ton morceau va évoluer avec l'apport des autres musiciens. Des fois, on attend les tournées pour essayer des morceaux, voir comment ils vont être sur scène, et voir comment ils vont être perçus. En gros voir si la magie opère. C'est pareil pour l'écriture. On écrit chacun chez soi, on a des idées, des squelettes. On a beaucoup d'ambiances, d'atmosphères que l'on a faites d'avance en amont. Et quand on est arrivé en studio, on avait des pré-maquettes qui étaient pratiquement finalisées. C'est le point positif de ce confinement. On a eu le temps de travailler plus longuement et arriver avec un matériel fini presque à 100 %.

L&T: Tu penses que ça va changer votre façon de travailler sur les prochains albums ?
Medhi: Je pense que oui. On a beaucoup apprécié et surtout, on a beaucoup appris avec cette manière de travailler avec des logiciels. Et je pense qu'on va apporter ça désormais, en plus de ce qu'on sait fait faire d'habitude. On espère avant tout retrouver une vie normale, mais dans le travail sur la musique, on va effectivement coupler ces 2 manières de travailler.

L&T: Toujours la patte de Francis Caste, il est indispensable pour votre son ?
Medhi: Au bout du sixième album, oui, il l'est (rires). Ce serait vraiment malhonnête de ma part de dire qu'on y va par dépit (rires). On y va à chaque fois avec beaucoup de plaisir. C'est notre zone de confort. On se connaît parfaitement. Ça nous évite beaucoup d'étapes. On a besoin de connaître son ingé-son. Et là, il y a quelque chose d'assez rapide et assez fluide avec lui qui permet d'aller vraiment à l'essentiel. C'est un peu le cinquième homme, je t'avoue.

L&T: Le fait d'avoir signé avec "Nuclear Blast" vous a enlevé un fardeau que vous portiez peut-être avant ? Cela vous a permis de travailler plus sereinement ou bien cela ne change rien au niveau de votre travail de préparation ?
Medhi: On est très fier de cette signature, car c'est un énorme label. On a dû sortit du label précédent avec qui on avait beaucoup d'espérance, et du coup cela ne s'était pas bien passé. Quand on a cassé le contrat avec ce label là et qu'on s'est retrouvé à discuter avec Nuclear Blast, cela a été une aubaine pour nous. Pour le futur, ça présage de belles choses. Avoir un label avec un tel aura, très structuré pour l'étranger, c'est vraiment une belle opportunité pour nous de nous développer. On voit déjà le travail qu'ils ont effectué en amont de la sortie de l'album, avec les singles, les communications, on n'a jamais eu autant de retours, qu'ils soient bons ou mauvais, mais beaucoup plus de gens découvrent "Hangman's Chair".

L&T: Quelles évolutions qu'elles soient musicales ou autres depuis vos premiers albums ?
Medhi: Avec le temps, on a gagné forcément en maturité. On a débuté le groupe il y a 17 ans. Avec Julien, on a commencé la musique ensemble à l'âge de 12 ans. Donc l'évolution du groupe, on la voit, on la vit. On était plus jeune. Maintenant, on fait les choses plus sérieusement. On a beaucoup de recul sur les choses. On a beaucoup de maturité dans notre approche de la musique. On a travaillé dur pour ça. On a consacré notre vie pour ça. Maintenant, on y va plus sereinement. Dans l'écriture des morceaux, dans l'échange pour les textes. L'évolution, elle est là.

L&T: On va sortir du contexte de cet album. Comment on se retrouve sur Culture Box alors que jusqu'ici, le métal n'y était jamais apparu. Même le rock plus classique, il n'y en a pas beaucoup.
Medhi: (rires) C'est vrai que dans les médias généralistes, la manière d'aborder et de parler du métal est toujours un peu compliqué. Mais cela reste un exercice que l'on doit faire. Dès qu'il y a possibilité, il faut mettre les pieds dedans. Des opportunités comme ça, il faut les prendre même si on sait les tournures que cela peut prendre. Comme être interviewé en disant "Attention voilà les gros métalleux", "voilà les grosses guitares", bref tous les clichés. Mais c'est le jeu. Tu es obligé d'en passer par là pour pouvoir parler de ton univers. Tu le vois à notre petit niveau. Mais tu le vois aussi avec Gojira. Ils peuvent jouer des morceaux devant le grand public, mais toujours avec ces clichés. Mais à Culture Box, je trouve qu'ils étaient bien renseignés sur nous. J'ai été un peu pris de court, car je ne connaissais pas les questions, bien évidemment, mais leurs questions étaient quand même pertinentes. On n'était pas que sur des clichés.

L&T: On vous a vu au "Hellfest From Home 2021". Ce n'était pas trop compliqué, voire même déstabilisant de jouer sur les scènes du Hellfest, mais sans public. Enregistré du live dans une salle pour une diffusion sur le net est une chose, mais là, ça devait être particulier ?
Medhi: C'est clair que c'était particulier. Mais c'était une chance de travailler avec le Hellfest. La production qu'ils ont montée avec les gros moyens techniques qu'on connaît du Hellfest. C'était vraiment une super opportunité. Pour tout te dire, c'était une première pour nous, un retour à la vie normale. On n'avait pas eu la chance de jouer live. On avait travaillé l'album, travailler sur les maquettes, et là, on a eu l'occasion de jouer tout ça en vrai. On a ressorti nos cartables et nos crayons (rires) pour retourner au boulot. C'était vraiment super qu'ils aient organisé ça. Normalement, on était prévu sur cette édition, et donc la faire en streaming, c'était quand même bien. Ça nous a fait bizarre comme tu dis, mais également super plaisir de ressortir les amplis et de pouvoir rejouer.

L&T: Dernières questions rituelles : peux-tu définir le groupe en 2 ou 3 mots ?
Medhi: Le premier mot qui me vient, et j'espère que c'est ce que les gens ressentent et c'est notre ligne directrice, c'est Sincérité. On peut également dire Longévité. Et je pense à Mélancolie aussi. Je pense que ça nous définit pas mal.

L&T: Et pour terminer : quel est le dernier morceau ou le dernier album que tu as écouté ?
Medhi: Alors, je vais immédiatement regarder mon Spotify. A lors le dernier album d'un groupe français: "Celeste". Qui est également signé chez Nuclear Blast. Et j'ai également écouté le dernier album de "Boy Harsher" "The Runner", une musique de film.

L&T: Merci beaucoup pour cette interview.
Medhi: Merci beaucoup à toi aussi.


https://hangmanschair.bandcamp.com/
https://www.facebook.com/hangmanschair


L&T le 20 Février Janvier 2022
No One Is Innocent
No One Is Innocent
Sauvegarder
Choix utilisateur pour les Cookies
Nous utilisons des cookies afin de vous proposer les meilleurs services possibles. Si vous déclinez l\'utilisation de ces cookies, le site web pourrait ne pas fonctionner correctement.
Tout accepter
Tout décliner
En savoir plus
essentiel
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs pour mémoriser vos recherches ou pour réaliser des statistiques de visites.