interview

Darcy
Avec "Machines de Guerre", leur excellent dernier album, Darcy a frappé très fort. Un album qui fera date et qui fait passer le groupe dans une autre dimension. Quand en plus, on connaît leur fougue sur scène, on se dit que la relève des grands groupes de rock français engagé est là et bien là. C'est avec Irvin que nous avons parlé de ce nouvel opus.


L&T: Salut Irvin. Petit rappel pour commencer sur qui est "Darcy" ?
Irvin: Salut. Alors Darcy est un groupe de rock français qui tend vers le Punk et on est basé à Rennes.

L&T: Vous sortez un album qui sent la poudre "Machines de Guerre", vers quoi vous nous emmenez ?
Irvin: Ah, et bien vers du bon rock. On aime le terme de Rock français. Les gens n'aiment pas trop les étiquettes aujourd'hui dans la musique, mais nous, ça nous convient très bien de nous appeler Rock français, car c'est vraiment ce qui nous définit le mieux. Ce qui ne veut pas dire que cet album ne parte pas dans des styles un peu différents comme le métal, le punk bien sûr, le grunge. On n'est pas fermé à tous les styles. Mais rock français est vraiment ce qui nous définit le mieux.

L&T: Je sais que généralement les derniers albums sont toujours les plus aboutis forcément, mais celui-là est vraiment particulier avec un gros travail sur le son ?
Irvin: Oui. Tu n'es pas le premier à nous le dire. On a beaucoup eu ce genre de réflexion. On a travaillé énormément la technique et notre manière de composer. On a acheté du matériel et on est allé dans un studio professionnel, ce qui n'était pas le cas pour "Tigre". On est allé dans le studio de Niko de Tagada Jones à Rennes et on a bossé avec Mazarin qui est l'ingé-son de No One is Innocent. Donc tout ça fait qu'on a bien pris le temps de travailler le son du bébé !!

L&T: Cet album est le fruit de vos expériences des albums précédents et de beaucoup de scènes, qu'avez vous apporté par rapport à vos précédentes productions ?
Irvin: Déjà, ce ne sont pas les mêmes qui ont composé. Sur le premier album, c'est Clément et moi, qui est le batteur de Darcy, qui l'avions écrit à deux. Pour celui-là, musicalement, je l'ai laissé à mon guitariste qui s'appelle Vincent, et c'est lui qui a composé l'album à 90 % chez lui, car il a un home-studio. On peut dire que c'est un bébé Covid, car il l'a fait tout seul. Et de mon côté, j'ai composé les voix. C'est vraiment un album différent de "Tigre".

L&T: C'est la pandémie qui vous a encore plus énervé, car tu te lâches bien sur les paroles ?
Irvin: Ouais. On était en forme (rires). Les paroles ont été écrites avant et pendant la pandémie. Donc, forcément, il y a un petit peu des deux qui se ressentent. Mais oui, l'essence de Darcy a toujours été la colère, et sur celui-là encore plus.

L&T: Et puis juste avant les élections, ça pourrait presque faire l'objet d'un autre album ?
Irvin: C'est marrant que tu dises ça, car en ce moment, on est en train de composer notre troisième album. Et je peux dire qu'il est déjà bien entamé. On en est déjà au moins à 75 % de composer. Ça fait sens à ce que tu dis.

L&T: On rajoute encore un autre ennemi en plus de Marine ?
Irvin: Oui. Mais des ennemis, on en a plein. Quand tu entends Valérie Pécresse parler comme Zemmour, elle fait partie de la liste pour nous maintenant. Tant qu'on aura des ennemis, Darcy sera toujours là.

L&T: Est ce que cette pandémie, finalement, n'a pas été un bien, je parle pour le travail du son que vous avez pu approfondir ?
Irvin: Oui, c'est vrai. Et nous, on fait partie de ces rares groupes qui ont eu la chance de pas mal tourner malgré tout. On a eu la chance de faire pas mal de dates en 2020 et 2021. On a pu jouer dans peut-être le seul festival Rock qu'il y a eu en France, et la pandémie ne nous a pas vraiment gênés, car on n'est pas le genre de groupe qui ne va rien faire parce qu'on doit rester enfermé chez soi. On est plutôt du genre à se dire "tu nous enfermes, ben, on va travailler encore plus". On s'est envoyé énormément de sons, de mails, de démos, de maquettes et de nouveaux textes. Et on a composé cet album totalement de cette manière, à distance, chacun chez soi.

L&T: Et après vous être retrouvés en studio, vous avez modifié, je veux dire en profondeur, voire même abandonné certains morceaux ?
Irvin: Très peu en fait. On a beaucoup joué les morceaux qu'on avait composés et on en a beaucoup adapté pendant toutes ces séances de répet. Et quand on est arrivé en studio, ça a été extrêmement rapide. Je crois qu'on est resté douze jours en studio pour enregistrer quatorze titres. C'est un très beau record. Donc comme on a pu beaucoup répéter avant, on n'a quasiment rien changé en studio.

L&T: Douze jours pour quatorze titres, les séances devaient être bien intenses ?
Irvin: J'avoue que c'était sport et qu'on a fini en sueur. Mais c'est rentré dedans et on en est très content.

L&T: Du coup, le fait d'avoir été obligé de travailler différemment va-t-il vous inciter à continuer à travailler comme ça dans le futur, avec un rythme de travail plus posé ?
Irvin: En fait, on est entre les deux. On a continué à travailler comme ça avec Marco, qui est à la basse, et qui s'est mis lui aussi à composer. Mais, cette fois-ci, il ne fallait pas envoyer les morceaux totalement finis, mais surtout envoyer des riffs. Les riffs de guitare sont le squelette des morceaux. Donc chacun envoie ses riffs sur notre groupe commun. On les écoute, et en répet, on travaille à quatre dessus. C'est une nouvelle manière de travailler comme ça, le troisième album sera encore différent des deux précédents. Avec la patte de chacun, ce qui est une première pour Darcy.

L&T: Ça te vexe si je vous dis que vous êtes les "enfants" de Tagada Jones et de No One is Innocent ?
Irvin: Pas du tout. Au contraire, c'est quelque chose qui nous fait plaisir. Ce sont des groupes qu'on écoute depuis qu'on a 15 ou 16 ans. Comme je dis souvent, avant on faisait des kilomètres pour aller les voir, maintenant, on fait des kilomètres pour jouer avec eux. Donc, c'est un bel héritage pour nous. On pense vraiment être les héritiers de cette scène rock.

L&T: Il y a une belle scène de groupes "enragés" français qui arrivent, non ? Je pense à vous, les Pogo Car Carsh Control et pas mal d'autres. Ils n'ont pas peur de vous voir tous arriver ? 
Irvin: (rires). Non bien au contraire. Ils nous disent qu'ils sont les grands frères. Ils nous appellent les "petits frères du rock". Ils sont surtout contents que leurs voix continuent de porter des nouveaux groupes, car on n'est pas très nombreux à être des groupes de rock "engagés" aujourd'hui en France. Mis à part toute cette génération qui 20 ou 30 ans de carrière. Mais aujourd'hui, tu prends les Pogo, ils ne sont pas engagés politiquement, mais ils sont engagés et enragés musicalement dans les riffs de guitares (rires). Mais au niveau des textes, ce n'est pas le même credo que l'on a choisi. Darcy fait peut être parti de ces rares derniers héritiers du rock français engagé.

L&T: Kemar qui vient sur un morceau, c'est un peu comme s'il était à la maison avec vous ?
Irvin: Oui, c'est exactement ça (rires). Je peux te dire que quand il est venu dans le studio, il était comme à la maison. Son petit journal, il a pris un petit verre... Mais plus sérieusement, No One, ça commence à être une belle histoire entre nous, car c'est grâce à eux qu'on a fait nos premières scènes professionnelles. Ce sont eux qui nous ont porté pendant les premièrs parties pendant longtemps. Ils nous ont donné de la force à parler de nous sur les réseaux sociaux. Ils ont été les premiers à faire un duo avec nous. Donc, ça nous paraissait évident de faire un titre "officiel". Le premier était plus un single pour faire du bruit sur Marine. Mais, là, c'est différent car, on avait envie de faire un duo sur un album et un titre qui parle du "live". Ce n'est pas forcément un morceau engagé, mais c'est un titre qui parle de la rage qu'on a quand on rencontre les gens en concert et qu'on est sur scène à tout défoncer.

L&T: Alors, c'est une chanson "Viens chercher le pogo" que je ne peux pas cautionner. Avez-vous pensé à nous pauvres photographes ? On va se faire défoncer nous !!!
Irvin: (rires) Ah ben oui. Mais là, il faut mettre des genouillères, des coudières, des casques les gars !! Maintenant pour aller dans les concerts de Darcy, faut venir comme si vous alliez dans une manif !! Mettez un casque et marquez "presse" derrière !!

L&T: Bon inutile de le dire, mais je suppose que vous travaillez vos chansons pour la scène, c'est presque dans vos gènes non ?
Irvin: À 100 %. Tout est pensé pour le live. On pense bien sûr à l'écoute. Mais dès qu'on a un riff, on se demande comment va réagir le public. Et si ça fonctionne tout de suite en live, c'est un morceau qu'on va garder. Les titres de l'album ont été beaucoup testés sur les festivals qu'on a eu la chance de faire en 2020 et 2021 et on a quasiment tout gardé.

L&T: Il y a des interludes dans l'album. C'est parce que vous êtes fatigués et que vous avez besoin de boire une bière ?
Irvin: (rires). Ça pourrait oui (rires). On avait envie de quelque chose de plus abouti et plus produit sur cet album-là, car ce n'est pas un album concept, mais quand on appelle un album "Machine de Guerre", il y a une tension autre que des guitares de rock et des mots durs. Donc on a eu envie de faire des interludes électro, et la calme avant la tempête ça fait du bien des fois.

L&T: Tu l'as dit plus tôt, vous avez fait beaucoup de concerts en 1re partie de groupes comme No One ou autres piliers de la scène française, quelles expériences en avez vous tirées ?
Irvin: Beaucoup de bénéfices. Il faut apprendre. Et au final ces expériences nous ont appris à changer notre manière de nous représenter sur scène. Quand tu as vu bosser les No One, Mass Hystéria, Luc, Tagada Jones, tu te rends compte que ce n'est pas comme quand on jouait dans les cafés, tu vois. On a travaillé. On a compris qu'il fallait qu'on fasse quelque chose de plus professionnel. On a vu les forces qu'il fallait en tirer, mais aussi les choses qu'il fallait moins faire si on voulait avoir notre propre patte. Mais c'est vrai que tout ce qu'on fait et tout ce qu'on est maintenant vient de ces expériences-là.

L&T: Pour les textes, je vais prendre 2 exemples, car j'ai eu la chance de les rencontrer les 2. Kemar, lui, écrit ses textes en se posant. Tandis que Niko me disait qu'un texte pouvait lui venir comme ça, d'un coup de rage dans la voiture, sur un truc qu'il a vu ou entendu, et il écrit immédiatement, à chaud. Toi, tu es plutôt comment quand tu écris tes textes ?
Irvin: C'est drôle que tu me parles de ça, car sur "Tigre", c'était totalement la manière de Niko bien que je ne savais qu'il lui arrivait d'écrire comme ça. Moi, quand je lis un truc ou que je vois un reportage à la télé qui me fait péter un câble, j'écris un texte tout de suite, en quinze ou vingt minutes. Si au bout des vingt minutes, il n'était pas écrit, je considérais que c'était un mauvais texte. Parce que je voulais l'énergie première, l'énervement ou la rage premiers. C'est pour ça qu'ils ne sont pas forcément bien construits avec des pieds, des allitérations. C'est vraiment du texte brut. Pour le second album, j'ai travaillé différemment. Pas à la manière de Kemar, mais c'était plus des phrases. Quand quelque chose m'énervait, je n'écrivais qu'une seule phrase, un peu à la manière d'un punch line, et j'y revenais quelques jours plus tard et je me demandais ce qu'il s'était passé dans ma tête pour que ça m'énerve à ce point-là. Et là, je me pose, et j'écris autour de cette phrase. C'est un peu un "entre deux" de leurs méthodes.

L&T: On a des questions rituelles pour terminer nos interviews : peux-tu définir le groupe Darcy en 2 ou 3 mots ?
Irvin: Le chant de la colère. J'ai toujours résumé Darcy comme ça.

L&T: Et pour finir, quel est le dernier morceau, ou le dernier album que tu as écouté ?
Irvin: Alors, c'était dans ma voiture... Je me demande si je ne me suis pas remis "A feu et à sang" de Tagada Jones.... Ah non, alors j'étais sur la radio, et j'ai laissé passer le dernier morceau de Placebo qui est moins dégueulasse que je ne l'imaginais. J'ai vraiment apprécié. Des accords mineurs, un texte assez dur sur la paranoïa. J'ai trouvé ça bien senti. Pour un groupe qui n'avait rien sorti en dix ans, j'ai trouvé pas mal du tout.

L&T: Merci beaucoup pour cette interview, et on vous retrouve bientôt sur scène.
Irvin: Merci, à toi pour l'interview, c'était cool.


https://www.facebook.com/darcymusic


L&T le 26 Février Janvier 2022
No One Is Innocent
No One Is Innocent
Sauvegarder
Choix utilisateur pour les Cookies
Nous utilisons des cookies afin de vous proposer les meilleurs services possibles. Si vous déclinez l\'utilisation de ces cookies, le site web pourrait ne pas fonctionner correctement.
Tout accepter
Tout décliner
En savoir plus
essentiel
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs pour mémoriser vos recherches ou pour réaliser des statistiques de visites.