interview

6:33
Rencontre avec les membres du groupe 6:33 qui nous présentent leur nouvel album "Feary Tales For Strange Lullabies : The Dome". Plus qu'un album c'est une plongée dans leur univers de furax dans lequel ils nous entraînent..... Sans trop de résistance il faut bien l'avouer. Un grand moment au Hard Rock Café à Paris.....


L&T: Salut à vous. Matthieu 6:33 a dit "Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu, et toutes ces choses vous seront données par-dessus". Heu, c'est qui ce Matthieu, il est encore dans le line up ?
Nico: Ah Matthieu !! Non, il est parti en octobre 2018 !!! (rires)

L&T: Bon quitte à se débarrasser des questions cons, je connaissais "3h10 pour Yuma", mais 6h33 c'est quelle destination ?
Nico: (rires) Bon, il faut aller se coucher là...

L&T: Bon, plus sérieusement, pour les petits jeunes qui vous découvrent qui êtes vous ? Pourquoi ce nom ?
Nico: Alors, nous sommes le groupe 6:33, ou 6 h 33 ou Six thirty three si tu veux te la péter en anglais, en cour de récré ! Et on fait du rock, métal, prog, nawak, fusion.

L&T: 6 ans ou 7 ans que vous n'avez plus sorti d'albums, que s'est il donc passé ?
Manuel: Non, ça fait 5 ans.
Nico: Heu, dernier album janvier 2015. Donc ça fait 6 ans.
Manuel: Hum, ça me chagrine ce que tu me dis là. Mais au moins, ça ne fait pas 7 ! (rires)
Nico: Ben sinon que s'est il passé ? Ben la vie déjà. On a pas mal tourné avec l'album "Deadly Scenes" justement. Et au moment où on s'est dit qu'on allait composer, nos vies ont un petit peu changé. Manu a déménagé, j'ai eu un enfant, et un enfant quand tu veux faire de la musique, ça fait un peu chier (rires) ! Je l'aime, mais pour la musique... Du coup, tout cela nous a pas mal retardé sur les nouvelles compos. On a mis 4 ans à peu près. Et puis, il y a eu une pandémie également. Et les gens n'y pensent pas assez (rires). Une pandémie pour écrire et faire des albums, c'est compliqué. Surtout quand tu dois te réunir, ou faire venir un musicien chez toi.

L&T: Et là vous revenez avec un nouvel album "Feary Tales For Strange Lullabies : The Dome". Je ne vais même pas dire un ovni, puisque plein de gens l'appellent comme ça dans leur chronique, mais même vous, êtes vous capable de le décrire musicalement ?
Manuel: Je dirais Nawak, mais étant donné que c'est toi qui l'a composé, t'es le mieux placé pour en parler.
Nico: La démarche par rapport aux albums précédents n'a pas changé. Ce qui a changé, c'est qu'on a mis plus de temps, qu'on a plus d'expériences et que ça nous a permis de partir un peu plus loin, dans toutes les directions. Mais ce n'est pas un album qui a été pensé pour de la musique conceptualisée. C'est fait de pleins de toutes petites expériences musicales qui des fois fonctionnent et d'autres fois non.
Manuel: Je trouve qu'il y a quand même un petit fil rouge, c'est ce côté "Madeleine de Proust". On a voulu expérimenter des choses qu'on aimait bien écouter dans les années 80 et 90. On a récupéré des vieilles boîtes à rythmes, les vieux synthés... On avait quand même cette envie un peu particulière sur cet album.

L&T: Funk, disco, un peu de rock indus, bref un peu nostalgique de ces années là ?
Nico: Ah, moi, complètement.
Manuel: C'est vrai qu'en fait, c'est un album de vieux. (rires)

L&T: On peut parler de "métal théâtral", d'univers déjanté ?
Nico: Ca par contre, ça a toujours été. On a toujours aimé ce côté théâtral et je trouve que cet album est un peu plus coloré, plus joyeux. Visuellement, il est tourné vers cette période Pop Culture année 80.

L&T: Nostalgie d'une époque où on pouvait se "lâcher" plus facilement ? Maintenant, tout a l'air tellement stéréotypé, cadré, même encadré...
Nico: En musique, c'était une période de découvertes où les gens osaient. Il y a plein d'albums géniaux qui viennent de cette période-là. Et pour notre génération, c'est une période qui nous touche plus particulièrement.

L&T: Mais d'où vous sont venus ces idées loufoques, comme les "vers loufoques" du 1er titre, c'est bien trouvé cette question non ?
Nico: (rires) oui, tu as bien fait (rires). Du coup, je suis dans la merde (rires).
Manuel: J'ai des pistes si tu veux. Et en plus, comme il n'est pas là, on peut en parler. Je pense qu'il y a un petit côté autobiographique du petit gars de la campagne (Flow ndlr) qui vient à la ville pour faire de la musique. Et qui va repartir à la campagne ensuite (rire). Et les "petits vers" il suffit de parler avec cette personne pour s'apercevoir qu'ils ne sont pas loin du tout. Et je pense qu'il vit avec depuis un bout de temps. (rires)

L&T: Dans l'inspiration, on trouve de tout : références cinématographiques, BD, Jeux vidéos, références littéraires, références disco, bref, vous avez fait un mix de tout ça ?
Nico: Au niveau de la musique, on n'a pas réfléchi comme ça. C'est vrai que quand Flo écrit ces textes, il aime bien mettre des petits "easter egg" à droite à gauche, ça le fait marrer. Des fois, il vient nous voir pour nous dire qu'il a placé une phrase de "Futurama". Et là, il est content. Du coup, oui, on peut parler de références à tout ça, mais dans l'écriture du texte.

L&T: Dans quel univers vous nous entraînez cette fois-ci ?
Nico: On va dans un immense dôme, une mégapole à la Blade Runner ou à la Sin CiTY, colorée, joyeuse et malfamée dans certains quartiers. Tripadvisor 3.0

L&T: Vous allez re transposer tout ça sur scène ?
Nico: Mais pas du tout (rires).
Cédric: Oui, oui. Avec pas mal de jeux de lumières au final. Beaucoup d'effets, des néons, des miroirs. En tant que batteur du groupe, je vais essayer d'habiller la grosse caisse. Et il y aura une boule disco !
Nico: Et plus tard, on aura un écran. Mais plus tard. Je n'ai pas envie qu'on fasse la même erreur que pour "Deadly Scenes" où on a attendu d'avoir tout le matériel pour tourner. Là, on va tourner, on va faire des concerts et l'écran reviendra quand tout sera vraiment prêt.

L&T: Vous finirez le concert comme le dernier morceau sur l'album. C'est très "CUT" quand même ?
Nico: C'est vrai que tout le monde m'en parle de cette fin. Mais, en fait, on voulait sous-entendre que l'histoire n'était pas finie. Et quand j'explique ça, on me dit "c'est réussi" ! Des amis m'ont appelé pour me dire qu'il y a eu un souci dans l'export des fichiers audio, car il manque la fin du dernier morceau. Non non, c'est normal ! (rires)

L&T: Vous avez travaillé comment pour et album ?
Manuel: Les 1ers enregistrements étaient en 2017. Ensuite, on a eu des périodes d'activité et de pauses. Certes une période de pause plus longue que d'autres. Sinon, au niveau du process, ça n'a pas vraiment changé. C'est Nico qui s'enferme dans sa chambre, et qui pond des tubes. Et une fois que le tube est prêt, on le polit. Je lui envoie les démos, et on se fait une sorte de ping-pong en se disant "qu'est ce que tu en penses si on fait ça ou ça". Et il découvre le morceau qui se construit. Et du coup, il a cette oreille neuve et il a assez de recul pour me dire ", c'est une bonne idée, ou ça ça ne s'enchaîne pas bien" et à cause, ou grâce à ce système, il y a beaucoup de morceaux pour lesquels on a fait marche arrière. Et puis on re-avance. On a fonctionné comme ça.

L&T: Et les textes viennent après ?
Manuel: Oui toujours. Il y a des lignes de chant qui rentrent en compte, mais les textes définitifs arrivent à la fin. Et il est doué pour ça car il arrive à prendre les espèces de yaourts qu'on fait et il arrive à y mettre une histoire. Alors que ça pourrait être casse gueule.

L&T: L'album sort maintenant, mais vous l'aviez prévu avant la pandémie, ou bien, vous êtes bien dans votre plan ?
Nico: Pour être tout à fait honnête, je voulais absolument le sortir en mai de cette année. C'était pour dire, l'album est fini, enfin. Et tout le monde m'a dit, "c'est une très mauvaise idée, car il y a encore la pandémie. Et le marché ne s'est pas encore remis de ça. Donc ce n'est pas une bonne idée". Et avec le recul, heureusement qu'on l'a sorti à la rentrée ! Mais j'avais du mal à me dire qu'il fallait encore attendre 4 mois, c'était compliqué.
Manuel: Si on regarde un peu l'historique du groupe, on s'est souvent distingué par nos erreurs de timing (rires). C'est difficile quand tu as fini un truc de ne pas le sortir tout de suite, car tu as envie de le faire découvrir à tout le monde. Et donc, des fois, il faut savoir prendre son mal en patience, et savoir attendre. Et je pense qu'on s'est beaucoup planté à ce niveau-là avant. Peut-être des erreurs de jeunesse. Il y a des choses qui auraient pu être faites autrement.

L&T: C'est la maturité ça, non ?
Nico: Ben disons que quand tu as marché 3 fois dans la crotte, tu te dis que ça pue un peu et donc tu fais gaffe la quatrième fois (rires).

L&T: La pandémie justement, vous en avez profiter pour peaufiner l'album ou bien tout était toujours en boîte ?
Nico: On a fini l'enregistrement pendant la pandémie. Je sais que quand j'ai dû enregistrer toutes mes guitares et mes parties de chant, la pandémie, je l'ai remerciée. Sinon, j'y serais peut-être encore (rires).
Manuel: C'est vrai que ça nous a permis de mettre un énorme coup de collier. C'est vrai qu'on avait une "To Do" liste angoissante pour cet album quand tu regardais la quantité de choses qui restaient à faire. Et ça a permis d'accélérer les choses. Je me rappelle quand même, et ça nous a fait mal au cœur sur le coup, mais c'était bien de l'avoir fait, mais cet album s'est tellement étiré dans son enregistrement, qu'on a enregistré et mixé deux fois 2 ou 3 morceaux. Tout a changé sur ces morceaux, à part le chant, car le standard de l'album avait évolué.
Nico: C'est dur de remixer des morceaux que tu as déjà travaillé et mixé. Mais sur 4 ans, tu n'es plus forcément d'accord avec ce que tu as fait il y a 2 ans et demi.

L&T: Ça remonte à loin, mais quelles évolutions musicales, ou dans les inspirations depuis les premiers albums ?
Nico: Je n'ai pas la sensation qu'on ait beaucoup changé. Est-ce qu'on ne s'est pas un petit peu assagi ? La différence qu'il y a avec le 1er album, c'est que par rapport à aujourd'hui, on courrait dans tous les sens. Et on avait aussi ce côté "petit con" où on faisait des choix au niveau de la musique pour choquer. Et aujourd'hui, ce n'est plus du tout le cas. On fait ce que l'on a envie de faire, mais c'est plus calculé, plus maîtrisé. Ça part moins dans tous les sens. Comme un petit chien fou qui court partout après sa balle.
Manuel: Au niveau de l'instrumentation, si on regarde depuis le 1er album, on voit mieux les rôles de chacun qui se développent. Et ça, c'est fort de la part de Nico, car il fait la guitare, mais c'est lui qui compose aussi. Et au fur et à mesure de on voit que le rôle de la guitare se transforme car par rapport au côté très riffs des 1ers albums où les synthés venaient derrière, cette fois il y a une ouverture au niveau des sons.
Nico: C'est vrai que je suis le seul guitariste qui doit être assez con pour ne pas privilégier son instrument (rires).

L&T: On passe aux questions rituelles pour terminer: pouvez-vous décrire le groupe en 2 ou 3 mots ?
Cédric: Créatif.
Nico: Imagé.
Manuel: Tardif (rires)

L&T: Quel est le dernier morceau ou le dernier album que vous avez écouté ?
Cédric : Seth, groupe de metal français.
Nico: La BO de Squid Game, la série de Netflix.
Manuel: Concerto pour violon de Daniel Hoffman, car c'est hors du registre de la musique de film et c'est vraiment un album complètement dingue.

L&T: Merci à vous les gars.
Merci à toi.


https://www.facebook.com/6h33official
http://www.633theband.com/


L&T le 09 Novembre 2021
No One Is Innocent
Sauvegarder
Choix utilisateur pour les Cookies
Nous utilisons des cookies afin de vous proposer les meilleurs services possibles. Si vous déclinez l\'utilisation de ces cookies, le site web pourrait ne pas fonctionner correctement.
Tout accepter
Tout décliner
En savoir plus
essentiel
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs pour mémoriser vos recherches ou pour réaliser des statistiques de visites.