interview

Loic Stephan
Une rencontre avec Loïc Stephan, photographe de concerts qui collabore à plusieurs webzines. Un confrère, mais surtout un "pote de Pit". Il a sorti un "beau livre" qui s'appelle "Raconte moi 33 concerts" dans lequel il nous conte et nous narre à sa manière des concerts qui l'ont marqué. Le tout superbement illustré par les dessins de Charlotte Rodon. Un superbe ouvrage dont il nous parle avec passion.


L&T: Salut Loïc. Avant de parler de ton ouvrage, peux tu te présenter pour nos lecteurs ?
Loïc: Tout d'abord, merci de me recevoir. Je suis Loïc, je suis dans le monde la musique, même si je suis salarié ailleurs, et je suis photographe pour Radio Métal depuis 11 ans maintenant. J'ai découvert ce milieu assez tard dans ma vie. Je fais des comptes rendus et des photos pour Radio Metal donc, mais aussi pour d'autres médias, comme Among The Linving ou Fonkadelica. C'est une passion géniale la musique, le métal, la photo. Depuis que je suis tout petit je suis dedans et pouvoir le vivre avec ce côté compte rendu et photographe c'est assez savoureux. Ca permet quelques rencontres avec sa musique et ses idôles, c'est assez cool.

L&T: Tu faisais déjà de la photo hors concerts avant ?
Loïc: Oui oui. Je fais de la photo depuis un long moment maintenant. J'ai collaboré au début des années 2000 avec la fédération de boxe française en faisant de la photo pour eux. Oui je faisais déjà de la photo avant les concerts.

L&T: Et maintenant tu continues à faire des photos en dehors des concerts ?
Loïc: Oui. Cet été je me suis fais un délire avec un pote en faisant un safari photo en Bretagne. Mais bon l'activité concert était ma principale source d'inspiration et par la force des choses ça s'est ralenti. J'essaie aussi de faire des photos du côté du Lac d'Annecy car c'est une région que j'aime beaucoup, mais je ne peux pas y aller le week end vite fait. Donc j'ai levé le pied pour tout ce qui est photo pour le moment.

L&T: Comment t'est venue l'idée de cet ouvrage ?
Loïc: Ah ça vient d'assez loin. Mes factures je les paie en travaillant dans l'informatique, et pas en vendant des photos, et très vite le monde l'entreprise m'a un peu "soûlé" je dirais, et j'ai voulu développer des projets artistiques inspirant pour moi à côté. J'ai donc fait de la photo, j'étais pas mal dans l'écrit de manuscrit, nouvelles de choses comme ça. Et ensuite j'ai commencé à faire des compte rendu de concerts et j'ai eu des retours positifs sur ce que j'écrivais. On me disait que c'était plus pas mal. Je ne sais pas trop comment est venue cette idée d'un bouquin qui s'appellerait "Raconte moi 33 concerts" au format vinyle dans lequel je mettrais 33 concerts mais c'était il y a 5 ans je dirais.

L&T: Donc le livre s'appelle "Raconte moi 33 concerts" comme tu viens de le dire, cela a une signification particulière ?
Loïc: Clairement le 33 est un hommage au 33 tours vinyle de notre époque (Rires). Et l'idée d'être un conteur me plaisait bien. Donc c'est venu comme ça. J'ai trouvé que c'était pas mal. Je voulais un titre en français. Du coup j'ai déposé la marque "33 Concerts". C'est un projet que j'ai envie de continuer à développer avec "Raconte moi 33 concerts de Métal" par exemple.

L&T: C'est la question que j'allais te poser: tu as d'autres idées genre "33 concerts du Hellfest" ou au "Download", avec l'accord bien sûr. Voir même pourquoi pas une salle en particulier ? Cela peut se décliner sous plusieurs formes ?
Loïc: Oui, dans ma tête j'ai vraiment l'idée de développer le projet, qui peut effectivement se décliner de plusieurs manières. Pour le Hellfest cela pourrait être un de ces projets. C'est même un truc qui me plairait. Après il y a une contrainte c'est qu'il faut 33 concerts qui m'aient plu. Pour revenir à ta question sur une salle, si je veux rester en accord avec mon projet, ce serait 33 concerts qui doivent m'avoir plu et dans la même salle, ça fait beaucoup de choses en même temps à réunir, donc c'est pas évident du tout. C'est un peu délicat. 33 concerts c'est quand même énorme. Tandis que sur un Hellfest, c'est peut être plus envisageable au vue du nombre de concerts qui se jouent en 3 jours. Même si ça reste un gros boulot, et pareil, il faudrait que tous me plaisent, que je ne choisisse pas un groupe et qui, sur scène, ne soit pas vraiment aussi bon que ce que j'aurais aimé. Après, pourquoi ne pas avoir des collaborations ? C'est un projet qui pourrait être intéressant car il y aurait des points de vue différents, et des concerts qui pourraient couverts par d'autres photographes. Ca permettrait d'avoir un plus large éventail. La seule chose que j'imposerais c'est de garder le contrôle sur le projet artistique et éditorial. Et cette idée de conter, et d'emmener le lecteur dans ce voyage est quelque chose de sympa.

L&T: Comment tu as choisi les concerts que tu allais nous présenter ?
Loïc: Les gens qui me connaissent savent que le Métal est quand même ma musique de prédilection, mais je suis quand même ouvert aux autres styles. Tout ce qui est Blues Soul ou Reggae, ça va me parler aussi. Je ne suis pas un grand expert de Reggae par exemple, mais ce sont des musiques qui peuvent m'inspirer. Et en concert, il y a une autre dimension et je suis super ouvert. Il y a des groupes que j'ai mis dans le livre que je n'écoute pas à la maison. Mais lorsqu'ils se produisent en concert, il se passe un truc, une émotion. Je voulais que ce soit éclectique. Je voulais une diversité qui me représente. Je voulais avoir des concerts avec les différents médias auxquels j'ai collaboré. C'est le petit message que j'ai voulu glisser: restons ouvert. Peut être qu'un livre ciblé Métal aurait peut être été plus facile à défendre, car c'est vrai que passer de Saez à Morbib Angel, c'est pas évident à présenter (Rires). Mais voilà c'est ça qui me plaît. En concert je peux autant apprécier un Morbib Angel que Saez. J'ai vu une artiste qui s'appelle Oum et qui fait ce qu'elle appelle de la "Soul marocaine", et c'est magnifique en concert.

L&T: Il faut qu'il y ait un feeling avec l'artiste ou le groupe ?
Loïc: C'est ça. Les 33 concerts que j'ai mis dans le bouquin, j'ai vibré. Je suis pas très cinéma par exemple, je serais plus théatre. C'est ce côté "vivant" des spectacles qui me plaît.

L&T: On se connait depuis un moment maintenant pour fréquenter les mêmes salles et mêmes festivals, tu as de quoi plusieurs livres avec tous les stokcs de photos que tu as ?
Loïc: (Rires). C'est vrai. Mais le bouquin a été fait avec des illustrations car les photos c'est toujours le soucis de droit à l'image. C'est ça qui m'a un peu bloqué. Mais ça m'a permis de travailler autre chose. Les illustrations c'est moi qui les aient conçues, même si je ne les ai pas réalisées car je n'ai pas de talent de dessinateur. Mais ça m'a permis de travailler autrement et c'était très intéressant. Mais si je pouvais faire "33 concerts" avec mes photos, je serais ravi de le faire. Avec 10 ans de photos, effectivement j'ai de la matière. Mais j'ai déposé une autre marque qui s'appelle "Montre moi 45 concerts" qui ne proposerait que des photos dans mon idée. J'aimerais bien faire un truc du genre "Montre moi 45 concerts spécial Femmes", non pas pour surfer sur cette vague "Me too" car j'ai cette idée depuis longtemps. Ce sont des projets. Je suis en auto-édition et tu galères quand même beaucoup. Donc ça reste des projets. Mais c'est super sympa d'avoir des projets qui te portent.

L&T: En parlant de droits, je ne parle pas des photos, mais sur les écrits est ce que tu as besoin d'accord particulier ?
Loïc: Les dessins, ce sont des représentations donc je n'ai de comptes à rendre à personne dans la limite bien sûr de la diffamation et de ne pas nuire à l'image des gens, mais ce n'est pas du tout le cas des illustrations. En plus, cela ne représente pas tout le temps physiquement l'artiste en lui même. Et ce n'est pas non plus un "copié-collé" de mes photos. Je suis justement sorti de mes photos pour avoir des illustrations qui parlaient du concert en lui même et pas spécialement du groupe ou de l'artiste. Pour les photos, oui, il faut des autorisations. J'avais essayé avec la boxe française, mais si tu as 5 personnes sur une photo, il te faut les autorisations des 5 personnes. Donc ça peut être un peu compliqué.

L&T: C'est tout ce côté administratif qui est lourd à gérer ?
Loïc: Oui, mais par exemple, j'ai mis du Motorhead, du Korn, du Deep Purple, j'avoue que je ne saurais même pas à quelles portes frappées si je devais avoir des autorisations pour des photos. Pour l'instant c'est mon 1er ouvrage et on sait jamais, avec une petite notoriété, cela pourrait peut être aider aussi.

L&T: Il y aura une suite à cette série ?
Loïc: Oui. Comme je l'ai dit il y a pleins de choses qui peuvent de développer avec ça. Je te le disais avant, il pourrait y avoir des collaborations. Mais pour l'instant l'une des cibles de ce 1er ouvrage est que j'arrive à l'équilibre. Je gagnerais pas d'argent sur ce projet. L'équation économique n'est pas là. Mais si déjà j'arrive à avoir un équiliv=bre sur mon investissement, ce serait déjà bien.

L&T: Pourquoi ne pas être passé à une version numérique de ton livre ?
Loïc: Je rangerais cet ouvrage dans la catégorie "Beaux Livres", ce n'est pas être prétentieux, mais je voulais quelque chose de physique en fait. Le numérique a un côté impersonnel. Donc je ne l'ai pas proposé en numérique. En plus on a travaillé la couverture, avec un toucher un peu en relief. J'aime bien les livres. J'ai pas mal de livres dans ma bibliothèque et je ne suis pas très numérique pour ça. C'est peut être une histoire de générations, mais un livre j'aime bien le toucher. Un "beau livre" de photos, ou sur la musique, je suis assez fan. Et c'est toujours un plaisir de l'avoir en mains. Après peut être que les nouvelles générations pensent le contraire. Mais je suis très "objet" en fait. Je suis assez collectionneur. Les groupes que j'aime lorsqu'ils sortent des objets, j'aime bien les avoir par exemple.

L&T: En parlant d'objet, tu as toujours ce petit "carnet magique" sur lequel tu prends des notes dans les pits photos ?
Loïc: (Rires). Le carnet que je me fabrique avec du brouillon !! (Rires)

L&T: Les premiers doivent être des reliques, des collectors ?
Loïc: (Rires) Très honnêtement, je ne les garde pas. Tu sais, j'arrive à peine à me relire des fois (Rires).

L&T: Comme nous tous tu dois être frustré de cette situation. Quand ça reprendra tu penses que les choses vont changer dans les pits ? Nombre de photographes etc... ?
Loïc: J'en discuté avec des potes photographes. Autant je peux voir un contrôle, en étant assis des spectateurs, même si pour les concerts de Métal, ce n'est peut être pas évident. Et dans le pit, contrôler les photographes ? Nous connaissant, on est un petit peu indiscipliné parfois (Rires). Je ne nous vois pas rester statiques et disciplinés. J'avoue franchement que je ne vois pas trop comment cela pourra se passer. Il y aura sûrement une limitation. Déjà si il y a des concerts avec du public debout, ce serait déjà pas mal. C'est une mauvaise période à passer. Les grosses productions prévues, genre Storm the Arena, je ne vois pas trop comment il pourrait se maintenir.

L&T: Il y a bien quelques petits concerts, mais on est plus sur du blues, du jazz ou du classique. En fait de la musique où le public peut être assis.
Loïc: Mais c'est clair que ça manque. Ca manque même beaucoup. C'est compliqué. Je pense aux artistes c'est sûr, mais aussi à tous ceux qui travaillent autour de concerts. Ca doit être très très compliqué pour eux.

L&T: On va changer de sujet, tu exposes tes photos ?
Loïc: Non. Je n'ai pas travaillé d'autres diffusions que lorsque je mets en ligne pour les médias avec lesquels je collabore. Le projet du livre date d'un petit moment, car il fallait trouver les gens avec qui collaborer, et en fait j'ai été beaucoup occupé avec tout ça. Comme je te l'ai dit, je suis en auto-édition, j'ai eu une équipe qui m'a aidé à le réaliser mais là, maintenant j'ai tout le rôle. Attaché de presse, graphiste, commercial, saltimbanque donc pas eu le temps de me pencher sur une expo photo.

L&T: Tu en as déjà commencé un autre ou pas encore ?
Loïc: J'ai une matière prête pour un "33 Concerts Métal". La matière ce sont les textes et les maquettes des illustrations. Mon rêve ultime serait que ce soit édité dans le circuit standard avec un éditeur. Refaire la même chose, tout seul, pour l'instant c'est un peu compliqué. La logistique, le stockage, tout est dans mon appartement. Pour le moment je ne suis pas sûr de vouloir le refaire dans les mêmes conditions. Pour le moment, je dois travailler ce permier ouvrage et après on verra ce que l'avenir nous réserve.

L&T: Dernière question qui est rituelle: quel est le dernier morceau ou le dernier album que tu as écouté ?
Loïc: Le dernier truc que j'ai écouté c'est un album des Murderdolls, le groupe de Wednesday 13 et Joey Jordison qui s'est arrêté malheureusement. Mais j'aime toujours leur musique. Une espèce de Hard Rock Métal un peu sale et en plus en concert c'était canon. C'est celui là.

L&T: Merci Loïc.
Loïc: Merci à toi.

Photo Fabian Fischer.
Image