POWERWOLF Call Of The Wild

L'album comprendra des marques classiques bien-aimées qui sont prêtes à atteindre les dévots de POWERWOLF, qu'ils soient vétérans ou fraîchement recrutés, les surprenant et les ravissant à chaque étape de cette folle chevauchée de 11 titres avec des avancées stylistiques d'une ampleur sans précédent ! "Faster Than The Flame" - un morceau d'ouverture qui allume le feu de la manière la plus pure de POWERWOLF, comme une distillation ardente d'ouvertures d'album traditionnelles comme "Amen & Attack" ou "Fire & Forgive" - porte la signature distinctive des esprits créatifs autour de l'auteur-compositeur principal Matthew Greywolf dès les premiers accords et démontre de manière impressionnante que le quintette a sans aucun doute réussi à créer son propre son unique au cours des quinze dernières années. À partir de cette base à l'épreuve des bombes, les loups osent ensuite prendre les devants avec des morceaux comme le scandaleusement accrocheur "Dancing With The Dead" (un futur classique dans toute playlist de fête décente pour les headbangers ! ), le merveilleusement hérétique "Glaubenskraft" ou le moment épique et émouvant d'Attila Dorn "Alive Or Undead" - une power ballade à son meilleur, qui cimente finalement la réputation du frontman en tant que barde exceptionnel - pour pénétrer dans un nouveau territoire musical à chaque instant, afin de le conquérir pour eux-mêmes presque dans le même souffle et le transformer en un grand feu d'artifice d'influences fraîches. Sur le plan lyrique, "Call Of The Wild" (outre l'habituelle hérésie pince-sans-rire à la "Undress To Confess") est l'heure des personnages mythiques effrayants, qui auraient tous de bonnes cartes dans la lutte pour le rang de mascotte officielle du groupe : Alors que "Beast Of Gévaudan" raconte à toute vitesse l'histoire d'un prédateur légendaire qui sema la peur et la terreur dans le sud de la France au milieu du 18ème siècle, le trépidant "Varcolac" rend hommage au démon loup éponyme du folklore roumain, avant que "Blood For Blood (Faoladh)" n'évoque le parent irlandais de l'adorateur de la lune que nous connaissons sous le nom de "Werewolf" devant une toile de fond sonore appropriée. En guise d'épilogue, "Reverent Of Rats" met un point d'exclamation pompeux derrière une œuvre que l'on peut à juste titre qualifier de la plus polyvalente de l'histoire du groupe à ce jour et qui - au-delà de toute platitude promotionnelle - plonge dans la course à la première place des sorties métal de cette année !
Publié le
16/07/2021
VIOLENT ALLIES