TAGADA JONESA FEUX ET A SANG

Trois ans après « La Peste et le Choléra » et son hymne « Mort aux cons », TAGADA JONES est de retour avec son nouvel album « À feu et à sang » dans lequel on retrouve Niko, tel un orateur possédé et euphorique, chantant et balançant des riffs de guitare comme si demain était la fin du monde. Sa voix enragée, ses textes réfléchis et engagés sont l’une des singularités des JONES. Il évoque les plus et les moins de notre société, notre environnement, les conflits, la guerre, les religions, l’addiction, les violences en tout type et exprime sincèrement sa liberté de pensée. Stef, le doyen positivement illuminé, démonte sa Les Paul et consorts. Les hyperthymiques Waner et Job sont la Formule 1 de la section rythmique dans le style instillé par TAGADA. Comme de gros uppercuts dans la face, leur musique n’est que la somme de commotions cérébrales teintée de shot de dopamine (plaisir), d’adrénaline (excitation) et de sérotonine (agressivité). Les thèmes abordés sont poignants et graves, la vision terriblement lucide, et l’architecture globale est ternie par le côté réaliste de notre société.
Publié le
29/10/2020
tagada-jones.png