Live Report

While She Sleeps
LE CABARET SAUVAGE 
Paris 16.01.2020
Pour mon premier concert de l'année, c'est du côté du "nouveau" Cabaret Sauvage (Superbe entrée et une belle rénovation du lieu) que je suis allé pour voir ou plutôt revoir While She Sleeps. En effet, je les ai vu il y a quelques mois au Trabendo, et même si il m'avait fait forte impression, la prestation de courte durée m'avait laissé un peu sur ma faim. Et ce soir c'est, encore une fois, devant une salle qui affiche complet que les anglais de Sheffield viennent retourner Paris.
Avant eux, deux autres groupes qui sont, du moins pour le premier une totale découverte.
Ce sont les américains de "Vein" qui fouleront les planches, ou plutôt qui brûleront les planches tant leur set court a été hyper efficace. Un metalcore puissant, peut être un peu confus sur la petite scène, et musicalement assez brouillon, peut être à cause d'un son pas vraiment au top. Mais en ce qui concerne l'énergie et l'envie, les gars de Boston ont vite faite de se mettre dans la poche une partie de la salle. En tous cas, ça lançait bien les hostilités.
Le second groupe existe déjà depuis plus de 20 ans, mais c'est la 1ère fois que je les vois "live". "Every Time I Die" c'est un hardcore solide qui a tendance à flirter avec le punk. Comme le groupe précédent, le son de leur prestation, ne mettra pas en valeur l'efficacité de la voix du chanteur, mais durant les 45 minutes que durera leur set, ce ne seront que puissance, gros riffs, et une sorte de brutalité sauvage dans leurs compositions. Mais pas de soucis, le public adhère et les slams et pogos qui avaient débuté sur le 1er groupe se poursuivent allégrement. Qu'est ce que ça va être quand While she Sleeps sera sur scène. En tous cas, "Every Time I Die" a bien tenu son rôle et somme toute une prestation intéressante.
Après quelques minutes voilà enfin While She Sleeps qui arrive sur scène dans un bruit assourdissant. On sent que les fans qui ont bravé les éléments, les grèves, les bouchons se lâchent complètement d'entrée.
Il faut dire que l'habituel "Anti-social" qui commence leur show envoie du très lourd. La petite crainte quand au son est vite levée: le son est super bon, puissant à souhait mais parfait.
Dans la fosse c'est le bordel absolu. J'ai beau cherché je ne trouve pas d'autres mots. Ca saute, ca pogote, les circles pits partent dès qu'un des musiciens fait un signe, et même le bassiste y va de son "bain de foule" en se jetant d'entrée dans le public. Le groupe avait bougé le Trabendo, au point qu'on se demandait si les murs résisteraient, mais là, c'est quasi démentiel. Quelle ambiance. Lawrence Taylor, le chanteur, a retrouvé toute sa voix et sa puissance associées à l'énergie du groupe font des merveilles. Ca sonne parfaitement. Ce mélange d'énergie brute, de rage et de rythmes accrocheurs est remarquable. Autant vous dire qu'ils seront très rares les moments de répit. Chaleur dans la salle, chaleur sur scène, décidément While She Sleeps est vraiment à la hauteur de leur réputation de super groupe de scène. Ca promet à la Warzone au Hellfest. Les heureux possesseurs du Pass(graal) vont vivre un truc de fou sur cette scène.
Une set list parfaitement équilibrée entre titres du dernier album, des inédits sur scène, un retour sur les différents albums et bien entendu les incontournables, repris en choeur et en puissance par le public: "The Guilty Party" et "Hurricane" pour terminer leur show, et "Haunt Me", "Silence Speaks" et bien entendu le fameux "You Are We" qui a fait leur succès.
Quelle claquasse !! Pour un premier concert, on peut dire que j'ai été servi. While She Sleeps fait parti de ces groupes leur métal qui est à la fois Hardcore, métalcore, bref comme ils le disent sur leur page Facebook dans le "genre": "Decide for yourself."

Remerciements: Sabrina et Anne Lyse (Veryshow), Le Cabaret Sauvage.

While She Sleeps

Image

Every Time I Die

Image

Vein

Image

GALERIE PHOTOS